• A LA CROIX LE PARDON

     
     
     
     
     
    photo-941473-M

     


    A LA CROIX LE PARDON
     
     
                                                 LUC 23 V 34 Jésus dit: Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font.

                                                                  « COMME UNE FLEUR ECRASEE »
     


    PASTEUR WILLIAM PARROT

    « Le pardon est le parfum qu’exhale la fleur sous le talon de celui qui l’écrase »

    Quelle belle image pour parler du pardon ! Bien que cette image ne soit pas dans les Ecritures, elle est, me semble t-il, comme imprégnée de la pensée divine, car aussitôt nos yeux, ceux du cœur, peuvent se tourner vers Golgotha, là où le Christ « écrasé » par la haine de l’humanité, laisse exhaler ce parfum de si grand prix : le pardon.

    L’Exemple suprême

    Contemplons quelques instants ce moment dramatique.

    Le Christ de Gloire, Celui qui est au-dessus de toutes choses, le Christ, Dieu béni éternellement, est crucifié comme un maudit.

    Sa tête est couronnée d’épines cruelles (comme dit ce beau cantique : Chef couvert de blessures »).

    Son visage est défiguré, ensanglanté, ce beau visage qui avait rayonné de gloire sur la Montagne de la Transfiguration comme le soleil dans tout son éclat.

    Sa souffrance physique est terrible, sa douleur au paroxysme ; il suffit pour s’en rendre compte de lire le Psaume 22 dans lequel l’Esprit de Christ, à travers David, nous dépeint 
    la Crucifixion « vue de l’intérieur », et nous fait ressentir la souffrance de Jésus, l’Homme de Douleur.

    Il y a aussi sa souffrance morale ; le Christ est humilié, maltraité, injurié, méprisé par ceux qu’Il aime, qu’Il est venu chercher et sauver, et pour qui Il donne sa vie.

    Il y aura aussi cette souffrance spirituelle, instant le plus terrible de toute la Bible où Jésus laissera jaillir un peu plus tard, ce cri déchirant : « Eli, Eli, lama sabachtani ! »

    Et c’est du sein de cette souffrance, du sein de ce « carnage » que l’Agneau de Dieu sans défaut et sans tache, brisé par la dureté du cœur de l’homme, laisse échapper, comme un parfum qui s’exhale, ces paroles sublimes, paroles de victoire, paroles empreintes d’une Espérance folle : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font ! »

    En disant cela, ses bras sont écartés, grands ouverts comme pour couvrir l’humanité de son Amour, ses bras sont grands ouverts pour se donner entièrement en sacrifice ; ils sont grands ouverts pour prendre sur Lui le châtiment que nous méritions et qui nous donne la paix….Comment comprendre un si grand Amour ? Il surpasse toute connaissance !

    Le Christ est notre Divin Modèle ; Il nous a frayé le chemin, nous laissant à tous « petits et grands », « jeunes et vieux », un Exemple, et celui-ci, aussi beau soit-il, ne doit pas être contemplé seulement, mais aussi imité ; nous devons être, nous ses disciples, les imitateurs de Christ et marcher comme Il a marché, nous pardonnant les uns les autres, sans cesse, réciproquement et de tout notre cœur.

    UN BOURREAU POURSUIVI PAR LA PRIERE DE SA VICTIME

    De cet Exemple suprême, retenons cet aspect particulier du pardon instantané, immédiat, et de la prière pour ceux qui sont en train « d’écraser ».

    On raconte que durant la révolution culturelle en Chine, un chrétien qui était attaché à un arbre et torturé par un soldat a prié jusqu‘à son dernier souffle pour son meurtrier ; celui-ci, travaillé, poursuivi durant des années par le souvenir de cette prière et l’attitude de sa victime, a fini par se donner au Christ.

    Le parfum du pardon « de la fleur écrasée » s’était répandu en imprégnant peu à peu son cœur.

    SUR LES TRACES DE SON MAITRE….

    Cette anecdote nous rappelle Etienne le premier martyr.

    L’Ecriture nous dit que, rempli du Saint-Esprit, les regards fixés vers le ciel, il voit la gloire de Dieu, il voit Jésus debout à la droite de Dieu. On peut imaginer que Jésus par avance s’était déjà levé pour honorer et accueillir son fidèle serviteur.

    Puis, c’est la lapidation et Etienne
    , sous l’impact implacable des pierres meurtrières, se met à genoux (il y a des victoires qui ne se remportent qu’à genoux !) et prie pour ses meurtriers en s’écriant d’une voix forte à l’Exemple de son divin Maître : »Seigneur ne leur impute pas ce péché ! »

    Puis après avoir utilisé son dernier souffle pour prier, Etienne « s’endort ». Il « part » avec la paix, cette paix précieuse qui surpasse toute intelligence (le pardon apporte toujours la paix).

    Concernant ce martyr d’Etienne, on peut se poser cette question, une question délicate qui restera sans réponse (question personnelle) : « ce parfum de la fleur écrasée » n’aurait-il pas contribué, quand même quelque part, à la conversion de Saul de Tarse qui était présent, approuvant le meurtre, même si le futur apôtre respire encore pendant quelque temps la menace et le meurtre, pourchassant les chrétiens avant de se convertir sur le chemin de Damas ? Quoiqu’il en soit, le pardon a parfois des répercussions spirituelles dont on ne peut soupçonner l’ampleur.

    Une schizophrène transformée par le pardon

    Enfin, je cite cette anecdote personnelle : un jour, une jeune femme, après m’avoir téléphoné, s’est précipitée dans mon bureau, elle était schizophrène, et son seul désir, sa raison de survivre était de tuer sa propre mère avec une arme ; alors je lui ai simplement dit : « à partir d’aujourd’hui, vous allez prier pour votre maman ! » Interloquée, elle s’est écriée : « cela, jamais je ne pourrai le faire ! »

    Cependant, c’est ce qu’elle a fait et, progressivement, le pardon, puis l’amour sont venus dans son cœur délabré et elle a été transformée, le processus de la guérison s’est enclen
    ché, elle s’est convertie. Aujourd’hui, une quinzaine d’années plus tard, elle va de progrès en progrès.

    Cette expérience montre bien que la prière pour ceux qui nous blessent, nous amène au pardon et que notre pardon permet à Dieu de manifester sa puissance de libération, de guérison et de transformation.

    Prions pour nos « ennemis » et Dieu, dans sa grâce, est capable de nous accorder pour eux, avec le pardon, des « torrents d’amour » ; ce sont des « torrents d’amour » qui finissent par triompher de toutes situations.

    PASTEUR WILLIAM PARROT

    http://www.pasteurdaniel.com/index.php/fr/la-croix/4609-a-la-croix-le-pardon
     
    photo-941473-M

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :