• Dans quelles chaussures êtes-vous ?

     

     

     

    Dans quelles chaussures êtes-vous ?

    Etienne Delépine

     

    Proclamez ceci aux nations :
    "Appelez à la guerre et mobilisez les guerriers !
    Oui, que tous les soldats partent en guerre et montent au combat !
    De vos socs, forgez des épées, et de vos faucilles, des lances !
    Que le plus faible clame : “Moi, je suis un héros !”
    Hâtez-vous et venez, vous tous les peuples, de partout !
    Rassemblez-vous !"
    (Jl 3.9-11 ou chapitre 4)

     

    Dieu appelle un peuple à aller "combattre". Il ne s'agit plus, comme du temps de Joël, de prendre des armes physiques pour faire une guerre physique et faire mourir des opposants.
    Il s'agit maintenant de partir à la conquête, non de territoires mais d'âmes. De faire avancer un royaume : le royaume du Dieu de la Bible. D'abbatre les murailles de l'incrédulité et du mensonge du Diable. De libérer les prisonniers du mal.
    Aujourd'hui, il nous est demandé d'aller de par le monde pour proclamer la Bonne Nouvelle, celle de Jésus-Christ le Sauveur, le réconciliateur.
    Alors viendra le réveil, les conversions.

    Ephésiens 6.15 nous parle de nous chausser des chaussures du zèle pour aller à ce combat, pour agir pour l'avancée du Royaume de Dieu, pour témoigner sans cesse à tous ceux qui nous entourent.

    Il y a différents types de chaussures, chacun pour un état d'activité différent :
    - Chaussons : inactivité, pas de courage, d’ambition, 'de cœur' (pour aller trouver les autres), manque d’amour pour les âmes qui se perdent...
    - Chaussures de sécurité : faire un peu de choses, s’engager un peu, mais pas hors du champ de sécurité, peurs diverses
    - Chaussures de ville : beau mais on ne va pas loin avec, façade
    - Chaussures de marche (grosses semelles) : on ne sent rien avec, on peut faire des choses (marche à pied...) mais on ne sent pas bien le terrain, on peut abîmer, écraser sans s'en rendre compte
    - Hauts talons : finesse, pureté des formes, beauté, mais bien trop fragile !
    - Baskets : souplesse, confort, solidité, on sent ce qu’il se passe... bien !

    Mettre des baskets c'est déjà se préparer à être actif et prêt à partir, à répondre aux ordres de Dieu.

    Dans quelles chaussures êtes-vous ?

    Peut-être chaussures de l’incrédulité, pas croire que JC est mort pour vous sauver de la mort et du péché. Donc vous vivez dans le mensonge, vous vous trompez vous-même.
    Si nous prétendons être sans péché, nous vivons dans l’illusion, et la vérité n’habite pas en nous. Si au contraire nous avouons nos péchés, Dieu est fidèle et juste et, par conséquent, il nous pardonnera nos péchés et nous purifiera de tout le mal que nous avons commis. Si nous prétendons ne pas avoir péché, nous faisons Dieu menteur et sa Parole n’est pas en nous. (1 Jn 1.8-10)

    Qui prétend que le monde s’est créé tout seul et trouve que la mort est injuste ?! C’est une contradiction, la mort est alors dans l’ordre des choses, même si elle n’est pas marrante ! Les contradictions pullulent chez ceux qui ne veulent pas accepter la toute puissance du Dieu créateur qui nous a fait, chacun de nous, pour mener sur terre une vie extraordinaire !
    Que tombent les masques, suffit la mascarade, Non, vous vous mentez, vous allez à votre propre destruction en pensant n’avoir rien à devoir à personne !
    Dieu t’a fait et veut accomplir sa justice dans TA vie. Crois en lui et tu seras sauvé. C’est ce que nous disent ces versets.
    Jésus-Christ est le fils de Dieu qui a été crucifié pour que ta petite vie monotone et atone soit transformée en une vie en ébullition, pleine de joie, de dynamisme, de profondeur… pour que ta mort devienne la vie, que la peur se transforme en joie car tu auras la certitude, comme nous l’avons, que la mort n’est pas la fin mais le début, la rencontre personnelle avec Dieu dans son Temple…
    Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui (Jn 3.36).
    Que votre coeur ne se trouble pas, croyez en Dieu, croyez aussi en moi [...] je vous prépare une place et reviendrai vous chercher (Jn 14.1-3).
    Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi (Jn 14.6).

    J’espère que vous croyez en JC et que vous êtes sauvé, que votre vie est guidée par Lui et que vous ne souffrirez donc pas éternellement mais que vous goûterez avec nous au Paradis.

    Voici comment nous savons que nous connaissons le Christ : c’est parce que nous obéissons à ses commandements. Si quelqu’un dit : « Je le connais » sans obéir à ses commandements, c’est un menteur et la vérité n’est pas en lui. Celui qui observe sa Parole montre par là qu’il aime vraiment Dieu de façon parfaite. C’est ainsi que nous savons que nous sommes unis à lui. Celui qui prétend qu’il demeure en Christ doit aussi vivre comme le Christ lui-même a vécu.
    Mes chers amis, ce n’est pas un nouveau commandement que je vous écris : il s’agit d’un commandement ancien que vous avez reçu dès le commencement, et ce commandement ancien, c’est le message que vous avez entendu.
    Mais en même temps, c’est un commandement nouveau que je vous écris : sa nouveauté se manifeste vraiment en Christ et en vous, car les ténèbres se dissipent et la lumière véritable brille déjà.
    (1 Jn 2.3-8)

    On est dans les ténèbres jusqu’à ce qu’on trouve Dieu et qu’on accepte Jésus.
    Mais lorsque noue venons à la Lumière, il faut aimer le plus possible, c’est l’essence du chrétien, la base de tous les commandements : aimer Dieu et aimer les hommes du plus profond du cœur. L’amour fort pour Dieu et les hommes.
    L’amour éclaire notre vie, l’amour et la recherche de Dieu éclairent l’existence et nous comprenons pourquoi on est là
    Nous sommes là pour bénéficier du don merveilleux de la vie, prendre le chemin que Christ a tracé et maintenant, vouloir que tous prennent cette même voie et quittent le chemin de la perdition. Nous sommes là pour apprendre à connaître Dieu et ce qu’il veut de nous afin de parvenir à ce but : des conversions au travers de notre vie, pour leur bonheur et la gloire de Dieu

    Il faut que l’on grandisse dans la foi en augmentant notre connaissance de Dieu et notre discernement, mais ce la se fait exclusivement dans l’amour (Ph 1.9-11).
    Car, en JC, ce qui a de la valeur, ce n’est ni la circoncision, ni l’incirconcision, mais la foi qui est agissante par l’amour (Ga 5.6).
    L’amour est le moteur de la foi et de l’amour découle la bénédiction

    Il faut aimer pour connaître, pour comprendre, pour avoir le désir d’approfondir la relation avec Dieu
    Il faut aimer pour vouloir ressembler à Christ
    Il faut aimer pour comprendre Dieu et les hommes et pour leur être sensible
    Il faut aimer pour ressentir la peine immense que Dieu a lorsqu’une personne meurt sans avoir accepté le cadeau merveilleux qu’il désirait lui faire.
    Il faut aimer pour surpasser nos craintes et nos faiblesses
    Il faut aimer pour que Dieu puisse manifester sa gloire au travers de nos vies. Qu’il puisse réaliser des miracles et susciter des conversions en nous utilisant, nous, petits serviteurs, car l’amour nous fait devenir grand.
    Grand devant Dieu, apprécié de Dieu, chéri par lui
    Grand devant les hommes qui voient et ne peuvent plus douter que Dieu existe, en voyant l’amour que vous portez aux autres.

    Pleurez-vous comme Jean (1 Jn 3.18), pour les âmes qui se perdent ?
    Vous est-il arrivé d’avoir un collègue, un camarade à cœur, d’avoir le désir profond qu’il prenne le choix de la vie, de pleurer devant le Seigneur pour qu’Il le touche et le sauve ?
    Non ? Ou si, une ou deux fois ? Vous n’avez peut-être pas assez d’amour, vous ne ressentez pas encore de la façon dont Dieu ressent les choses.
    Ce n’est pas un reproche, c’est une remarque que Dieu veut adresser à chacun de nous :

    "vous manquez d’amour, tu manques d’amour. Tu n'est pas assez sensible à mon coeur. Comment veux-tu réaliser l’œuvre que j’aimerai que tu fasse si tu n’aime pas comme j’aime ? Tu ne peux pas me comprendre. Tu n’as pas assez de sensibilité. Tu te dis bon chrétien, tu as des activités dans l’église, mais tu ne pourra pas aller plus loin sans l’amour.
    Tu n’as pas encore expérimenté l’Amour avec un grand A. Demandes-le moi et je te le ferai connaître. Persévère dans cette prière, persévère, soit brûlant et pas tiède, et je t’accorderai mon Amour avec un grand A.
    Et tu ne peux pas t’imaginer les choses que ça changera dans ta vie.
    "


    A la poubelle les chaussons et autres chaussures inadaptées ! Ce sera LA Vie !

    Jésus a aimé. Il t’a aimé et c’est pour cela qu’il est mort, et qu’il est ressuscité. C’est pour Toi. C’est pour que tu puisse t’approcher de Dieu et qu’il te donne l’Amour. Tu ne l’as pas accepté, fais le vite !

    Tu l’as accepté mais tu ne connais pas encore cette dimension... Mais elle va descendre comme un feu et embraser nos cœurs.

    "Vous trouvez la louange profonde, vous trouvez les prières douces, agréables, vous trouvez que vous êtes proches de moi.
    Mais ne vous contentez pas de ça ! Ce n’est même pas le millième de ce que je veux vous donner.
    Mettez vous à genou et demandez moi l’Amour, de tout votre être, par le jeûne et la persévérance dans la prière
    La monotonie, la fatigue, la sécheresse vous guettent si vous ne bougez pas.
    Mais ayez le désir ardent de faire plus, de vivre plus, de demander plus car je donne sans retenue
    "

    S’approcher de Dieu

    Il nous faut chercher à avoir un cœur d’enfant : pas belliqueux ni tordu, mais simple, curieux, désireux d’apprendre et de comprendre.

    Jésus prie le Père ainsi : Consacre-les par la vérité. Ta Parole est la vérité. Comme tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi je les y envoie. Et je me consacre moi-même à toi pour eux, pour qu’ils soient, à leur tour, consacrés à toi par la vérité .
    —Ce n’est pas seulement pour eux que je te prie ; c’est aussi pour ceux qui croiront en moi grâce à leur témoignage. Je te demande qu’ils soient tous un. Comme toi, Père, tu es en moi et comme moi je suis en toi, qu’ils soient un en nous pour que le monde croie que c’est toi qui m’as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un, comme toi et moi nous sommes un, moi en eux et toi en moi. Qu’ils soient parfaitement un et qu’ainsi le monde puisse reconnaître que c’est toi qui m’as envoyé et que tu les aimes comme tu m’aimes !
    Père, mon désir est que ceux que tu m’as donnés soient avec moi là où je serai et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la création du monde. Père, toi qui es juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont compris que c’est toi qui m’as envoyé. Je t’ai fait connaître à eux et je continuerai à te faire connaître, pour que l’amour que tu m’as témoigné soit en eux et que moi-même je sois en eux.
    (Jn 17.17-26)

    Jésus demande à son Père que nous puisions tous être unis ensemble et dit que cette union dans l’amour sera la preuve pour le monde que Dieu existe bel et bien, que l’Amour n’est pas une vertu humaniste ou un sentiment charnel mais que l’Amour c’est Dieu lui-même
    Par l’Amour, Dieu se glorifie au travers de nous afin qu’on le connaisse et que les gens acceptent le sacrifice de son fils. Afin qu’ils ne restent pas éternellement dans les griffes de Satan mais puissent trouver la libération en Jésus
    Et ceci par nous grâce au St Esprit agissant.

    Mais êtes-vous réveillés ?!

    Etes-vous près à être la manifestation de la gloire de Dieu ? Vous rendez-vous compte de la grandeur de ceci ? Admettez qu’il y a encore du boulot !!
    Et pourtant, comme nous le faisait remarquer Daniel avec émotion, nous avons des centaines de remerciements à faire à Dieu pour tout ce qu’il nous donne
    Ne serait-ce que la précision pleine de beauté de notre organisme, l’agencement de molécules au millionième de millimètre (1mm coupé en 1 millions !)… j’étudie ça parce que c’est époustouflant, je veux aller au plus profond pour que je puisse comprendre cette création inimaginablement merveilleuse
    Et votre maison ou travail ou conjoint et enfant… tous ces dons.
    Et vous trouvez que vous êtes assez reconnaissant à Dieu pour tout cela ? Au fur et à mesure, cela ne vous semble-t-il pas dû et passe inaperçu dans vos prières sauf pour demander des choses ?
    Si vous regardiez avec plus d’attention, si vous faisiez la liste de ce que vous devez à Dieu, croyants comme non croyants d’ailleurs, vous ne pourriez vous empêcher de remercier, d’aimer plus, de donner plus.
    Et le remerciement c’est le début de la relation avec Dieu. Le début ce n’est pas donne..., le début ce n’est merci. Et si l’on commence en disant merci, on ne peut pas refuser ce que Dieu nous demande par la suite.
    Jésus veux que nos vies manifestent la gloire de Dieu. Ce ne sera pas par nos œuvres humaines mais par l’action de son Esprit Saint dans nos vies
    Et l’Esprit Saint n’agira que si nous sommes reconnaissant à Dieu pour ce qu’il nous donne et si nous voulons le servir, c’est à dire si nous l’aimons.

    Choisis tes chaussures

    L’Amour nous conduit donc au service. Et quel service ?

    Commencez par vous déchausser et choisissez votre chaussure en fonction du service que vous avez à effectuer : des baskets, bien sûr, fini les chaussures de villes qui glisses dans les montées, les pantoufles, les hauts talons qui cassent !
    Vous avez à votre disposition les baskets de tous types : Dons de l'Esprit (Paroles de sagesse, de connaissance, foi, don de guérison, miracles,...) (1 cor 12.20), Prophétie, diaconat, enseignement, exhortation, ( rom 12 :6-8), Apôtres, évangélistes, pasteurs, docteurs (Ep 4 :11)...

    Mais chacun tient de Dieu un don particulier, l'un d'une manière, l'autre d'une autre (1 Co 7.7).

    Il y a donc les chaussures pour chaque service : le zèle, la persévérance, le discernement, l’écoute, la foi… sont autant de caractéristiques qu’elles doivent avoir et que vous devez utiliser.
    Dieu attend que vous les chaussiez. Vous ne le voyez pas, là, près de vous ? Il est assis et vous regarde, il se demande : "alors, quand va-t-il me demander cela ? quand va-t-il prendre la décision de passer de l’inactivité à l’activité pour moi ? quand va-t-il donc chausser ces chaussures que j’ai fabriqué exprès pour lui, pour qu’il les trouve confortable et soient une source de joie et de bonheur ? "
    Qu’attendez-vous ? Que Dieu vous en donne encore plus pour que ça vaille le coup ? Que Dieu vous passe les chaussures, vous fasse les lacets et vous pousse, ou vous tire ?
    Il vous propose son Amour et attends de vous que vous lui demandiez avec force, conviction et persévérance.

    Mais je vois parmi vous de la peur, de la mollesse, de la satisfaction, de la paresse...
    Tout cela doit être balayé et le sera par votre motivation, votre motivation pour Dieu, votre enthousiasme qui signifie ‘en Dieu’, ‘transporté par Dieu’.
    Ce qu’il y a de formidable c’est que Dieu veut vous donner des choses incroyables et vous donner de vivre des choses invraisemblables et magnifiques. Pour cela, il veut que vous soyez unis avec lui et vos frères et sœurs dans son Amour. Il vous demande donc de commencer par demander son Amour, et il vous faut la force de le faire, il vous propose alors de demander la force nécessaire !
    Où s’arrêtera la bonté de l’Eternel pour nous, pour vous ? Sa patience et sa générosité sont sans limite.

    Il m’est arrivé de ne plus avoir de courage, d’envie pour prendre un temps quotidien, je ne ressentais plus la proximité avec Dieu. Sachant qu’il était bon et normal que j’ai ces moments, j’ai demandé à Dieu, dans de courtes prières répétées, de me donner l’envie. Et l’envie est revenue, et avec l’envie les bénédictions qui découlent du face à face quotidien avec Dieu.

    Ce que Dieu demande à chacun de nous maintenant n’est pas plus compliqué, mais il faudra persévérer.
    Demander à Dieu, vous connaissez le verset : il vous donnera (Mt 7.7).

    Concrètement, c’est quoi ces histoires de chaussures, d’amour, de demande ?

    Voyons ce que Jésus a fait des personnes qui l’entouraient
    Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donnés, dit Jésus (Jn 18.9).
    Jésus a annoncé la bonne nouvelle : Dieu n’oublie pas les hommes et ne veux pas qu’ils s’enlisent dans des traditions et des rites froids, mais il a envoyé son Fils pour sauver le monde, pour que par lui nous puissions reformer liaison avec notre Père Céleste.
    Son témoignage a été fort, de part son comportement, ses paroles, son assurance… ce qui a permis à des gens de croire en ce qu’il disait.
    Puis il les a conduit jusqu’à un point où ils devaient prendre en main eux-même la suite. Après avoir été conduis pendant 3 ans, leur avenir leur appartenait : laisser tomber ou croire que la Puissance du St Esprit les aiderai à poursuivre ce en quoi ils avaient cru. Puis chausser les chaussures de l’évangélisation pour proclamer le bonne nouvelle au moyen orient, en Asie et en Europe.
    Jésus, pendant ce temps sur Terre, leur a permis d’acquérir des convictions fortes, et les a conduit près du Père, il les a épaulés, enseignés, puis ils ont eu à choisir de changer de chaussure. D’étudiants ils ont du devenir professeurs, en puisant tout ce dont ils avaient besoin dans l’abondance des dons de Dieu.
    Dieu vous a d’ors et déjà donné des personnes. Ceux qui vous entourent. Vous les côtoyez, vous avez des liens plus ou moins importants avec eux.
    Pourrez-vous dire à Dieu quand vous paraîtrez devant Lui : "je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donné" ?!
    Croyez vous que ce soit celui qui est assis près de vous qui doive faire auprès de ceux qui vous entourent ce que Dieu voudrait que vous-même vous fassiez ?
    Vous vous dites que nous baignons dans l’inconscience générale... et qu’on voit mal comment on va pouvoir changer tout ça, les gens meurent et puis voilà
    Mais non, une personne qui meure sans Dieu, vous imaginez ce qu’elle va subir toute l’éternité ? Le regret terrible de ne pas avoir choisi Dieu, de ne pas avoir accepté la bénédiction et d’ainsi subir la malédiction pour toujours, n’est-ce pas insupportable ?
    Ce devrait l’être en tout cas. Et si ça ne l’est pas c’est parce que nous manquons d’amour.
    Il ne faut pas avoir peur de se faire rembarrer, de subir de moqueries et remontrances, de se faire rejeter, si ça permet de sauver rien qu’une personne

    De quoi avez-vous peur, donc, de ne pas savoir quoi dire ? La Bible dit : celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce que Dieu ne lui donne pas l'Esprit avec mesure (Jn 3.34).
    Dieu vous demande de faire quelque chose, il vous donnera ce dont vous avez besoin pour le faire.
    Et Paul insiste : Car je n'ai point honte de l'Evangile: c'est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit (Rm 1.16).

    Jésus nous dit : Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui qui m'aime; et celui qui m'aime sera aimé de mon Père, je l'aimerai, et je me ferai connaître à lui […] Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui (Jn 14.21-23).

    Il ne faut pas avoir peur de dire et montrer qu’on est chrétien, avec l’Amour que Dieu nous promet, ce ne sera même plus une question de peur car l’envie de dire ce que l’on vit sera presque incoercible.

    Jésus a obéit à Dieu.
    Jésus dit, alors qu’un disciple veut éviter que les soldats arrêtent son Maître : Ne boirais-je pas la coupe que le Père m’a donné ? (Jn 18.11).
    Dans son Amour pour le Père, il ne pouvait pas refuser, même en connaissance de cause, de se donner, de se laisser prendre par les gardes pour une nuit de douleur se terminant par la crucifixion, après moqueries acerbes, flagellations et autres coups...
    Dans notre Amour du Père, nous ne devrions pas refuser de parler à ceux qui ont été mis sur notre route, au risque d’être pris pour un illuminé, un ‘brave gars’ un peu naïf !
    Mais il nous faut tout l’Amour et l’Esprit Saint pour agir comme Jésus l’aurai fait, comme Dieu aimerai qu’on agisse.

    Vous avez tous des services auprès de l’Eglise mais pour le monde. Dieu attends de vous que vous vous réveillez.
    Vous n’avez même pas l’impression d’être endormi, car vous n’êtes pas encore touchés par la grâce de l’Amour de Dieu et l’extrême sensibilité qui lui est inhérente.
    Mais votre Père Céleste vous demande de croire, de remarquer, que votre condition actuelle est celle de petits enfants qui viennent boire leur petit lait et qu’il veut maintenant que vous soyez forts, remplis de l’Esprit Saint qui vous partagera l’Amour du Père, et vos yeux s’ouvriront.
    Remplis de l’Esprit et d’Amour, l’ennemi vous touchera mais ne vous arrêtera jamais, ni par les craintes qu’il mettra dans vos cœurs ni aux actions malveillantes qui engagera, car Dieu vous protégera et vous soutiendra.

    Vous avez votre part à faire.
    Dieu vous a confié des hommes et des femmes, il ne faut pas que vous les laissiez se perdre (je ne veux pas non plus que vous culpabilisiez !)
    Alors prenez la décision : Oui Père, je veux que tu me plonge dans l’océan de ton Amour afin que je vois avec tes yeux, que je ressente avec ton cœur, que je comprenne avec ton intelligence et que je sois rempli de zèle pour toi, à chaque instant, dans n’importe quelle situation, avec n’importe qui ; car que ce soit l’ouvrier, le collègue ou le grand patron, que ce soit l’élève ou le professeur, que ce soit le grand-père ou le petit-enfant, tous on besoin d’être sauvés par Dieu.

    <align="center">Je puis tout par celui qui me fortifie
    A Dieu notre Père Céleste la gloire aux siècles des siècles. Amen !
    (Ph 4.13, Ph 4.20)
    </align="center">

    Source: Lueur


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :