Je suis née en France en 1969, je suis la cadette - nous sommes 6 enfants - née dans une famille musulmane où ni mon père ni ma mère ne pratiquait, ma mère faisait juste le Ramadan...

Quand mes parents se sont mariés en Algérie, ma mère venait d'avoir 16 ans et mon père 17 !

Plus qu'un mariage, cela permettait à mes grands-parents maternels d'avoir de la main d'oeuvre pour presque rien, la femme ne valant pas grand chose dans les milieux musulmans !

Ma mère était issue d'une famille de nobles, aisée, dont le père était médecin, et mon père d'une famille de paysan; la chute a été brutale pour maman qui est devenue la bonne à tout faire de sa belle famille ! Durant 8 ans, ma mère a subi la brutalité de sa belle-mère, grande sorcière ! Elle a failli mourir à plusieurs reprises. Un jour, alors qu'elle était alitée, en plein délire, elle hurlait, disant qu'elle voyait que l'on creusait sa tombe à côté d'elle pour l'y enterrer !

Alors son frère aîné est venu la reprendre à la maison pour la soigner : elle était littéralement épuisée et affamée, de plus cela se passait durant la guerre en Algérie ! Son père médecin a mis un an pour la remettre sur pied, et ma grand-mère maternelle a écrit un courrier en France à mon père pour lui dire : "Ou bien tu viens chercher ta femme pour vivre avec elle, ou ce sera le divorce, ma fille n'est pas la boniche de ton père !

Durant 8 ans, ma mère n'a pas pu avoir d'enfants, mais par la grâce de Dieu, ma soeur Nadia naît en 1968, puis moi en 1969.

Ensuite, c'est au tour de mon frère Kamel de naître.Ma mère tombe de nouveau enceinte de mon frère Rachid qui naîtra prématurément à 7 mois pour ne vivre qu'une petite semaine. Maman l'a juste aperçu quelques secondes, elle-même, gravement malade, est restée à l'hôpital très longtemps et mon père ne s'est pas occupé de cet enfant; à l'époque, il buvait et jouait aux cartes, il perdait souvent la totalité de son salaire.

Maman n'a jamais su ce qu'était devenu cet enfant. Mon père ne s'est même pas chargé de l'enterrement, et jusqu'à aujourd'hui, ils ignorent où il est enterré!

Ma soeur Fahima naîtra en 1973 et mon dernier frère, lui, naîtra en 1975, mais cet accouchement a failli coûter la vie à ma mère: mon petit frère était faible et ne voulait pas se nourrir (d'après l'infirmière) et maman, voyant cela, a dit à mon père : tu signes sa sortie de la clinique; s'il doit mourir ce sera dans mes bras à la maison! Elle m'a dit : "quand je lui ai donné son premier biberon à la maison, il avalait goulûment tellement il était affamé"! Il s'appelle Rachid, et aujourd'hui c'est un gaillard de 35 ans.

Nous sommes allés pour la première fois en Kabylie en 1976, je venais d'avoir 6 ans, et quand nous sommes arrivés chez mes grands-parents maternels, ils étaient stupéfaits de voir ma maman avec cinq marmots! Ils n'avaient en effet aucune nouvelle depuis des années, mon père déchirant toutes leurs lettres dès qu'elles arrivaient et ma mère ne sachant ni lire, ni écrire.

Un jour, alors que ma soeur et moi nous courrions, une voiture pleine d'hommes avec des fusils qui dépassaient des vitres est arrivée vers nous. Nous avons couru vers un ravin: ce pouvait être une question de vie ou de mort et nous avons sauté sans regarder : il y avait d'énormes cactus, mais on n'a rien senti ! Nous nous sommes cachées dans une énorme buse d'où s'écoulaent des eaux usées...

On a attendu là un long moment, puis on est reparties, revenant en courant vers la maison! Nous n'avons rien dit à personne mais j'en ai fait des cauchemars durant des années !

Un mois après mon mariage j'avais perdu une dizaine de kilos, ma mère était horrifiée, je lui disais que tout allait bien! mais c'était faux, je vivais l'enfer.

Je me suis mariée en 1993. Après la cérémonie de mariage, mon mari me demande d'aller voir, comme c'était la coutume une femme marabout.Chez elle, elle était assise dans la cour de sa maison, entourée d'une trentaine de chats qui avaient tous des couleurs que je n'avais jamais vues.

Elle m'invite à m'asseoir. À un moment, je veux caresser un de ces chats, et je l'appelle, alors elle se met à rire, en me disant, que ce ne sont pas des chats comme les autres, et qu'ils n'obéissent qu'à elle !j J'ai compris bien plus tard que ces animaux étaient démonisés !

Elle prépare des talismans, et elle parle aux chats, Elle me demande de revenir, en lui apportant, des pièces de tissus et des vêtements que j'ai déjà porté, des œufs , des bougies et du parfum. Je le fais et c'est ainsi que j'ai mis le doigt dans l'engrenage.

Peu de temps après, alors j'attendais mon mari et que je m'inquiétais car on avait le téléphone, mais il n'appelait pas ! je croyais qu'on l'avait tué, je pleurais dans ma chambre. Je ne le savais pas encore, mais à cette époque, il avait des amants!

Quand il est rentré, le lendemain, vers midi, je lui ai fais toute une scène, menaçant de faire ma valise et de rentrer chez mon père! Alors il s'est mis à genou devant moi, me suppliant de ne pas le quitter, qu'il allait se suicider, que son père allait le tuer...

Je suis restée, mais je n'ai plus jamais eu confiance, je ne le supportais pkus puisque je savais maintenant la vérité, je subissais ces assauts sexuels, je prétextais des migraines ou je ne sais quoi d'autres comme malaise, mais il me contraignait par la force !

Jusqu'au jour où je n'ai plus pu supporter du tout cette situation. Je suis allée voir ma sœur, lui racontant pourquoi je voulais repartir en France. Elle m'a donné un peu d'argent et le lendemain je suis allée annoncer la nouvelle à mes parents, sachant très bien que cela ne ferait pas sauter de joie mon père!

Effectivement, il était contre, et pour la première fois je lui ai tenu tête, je lui ai dit : c'est fini, je suis mariée, tu ne décides plus pour moi, et ma mère m'a prise dans ses bras pour la première fois en pleurant, et elle m'a dit:

- "même si cela me fait souffrir de te savoir si loin, tu as ma bénédiction, pour moi, je veux que tu sois heureuse".

Avant de partir, je suis allée rendre visite à ma soeur FAHIMA, et je lui ai fait mes adieux. Ce jour-là son mari m'a dit : " c'est moi qui t'achète ton billet d'avion et je te donne 1500 francs!

Ô Seigneur, je ne savais pas encore que c'était toi qui agissais.

Je suis retournée à Alger pour dire adieu à mes grands parents. Mon grand père m'a accompagnée à l'aéroport, et j'ai vu cet homme pleurer en me serrant dans ses bras!

Dans l'avion, j'ai fermé les yeux et dit:

- " Enfin, je rentre chez moi"!!!

À Paris, ma tante m'a hébergée durant deux mois, mais je ne supportais pas cette femme que j'aimais beaucoup pourtant, mais elle faisait vivre à son mari un vrai calvaire à cause de l'islam! lui il parlait de Jésus, mais je regrette qu'il ne m'en ait pas parlé ouvertement. Ma tante le forçait comme nous tous à faire le ramadan! qui avait pour habitude de se rendre régulièrement chez un puissant marabout à Nanterre. C'était lui qui la soignait, car elle avait une grave maladie des yeux, et il est parvenu à la guérir !* Il en profitait pour lui soutirer d'énormes sommes d'argent.

  • *Note M.A.V. : Si certaines maladies sont dues à la présence de démons, comme les évangiles le montrent souvent, des "guérisseurs" peuvent effectivement obtenir des "guérisons": en fait, les démons sont déplacés, d'autres rentrent puisqu'il s'agit de pratiques occultes, et d'autres maladies beaucoup plus graves apparaîtront plus tard !

Ma tante trouvait que son mari était trop dépendant de son frère, et pour ne plus l'avoir à la maison, le marabout lui donne une poudre à mettre dans le café de son mari et lui dit de racler le fond de sa chaussure de son mari et d'y récolter un peu de poussière pour la mettre aussi dans le café.

Et cela fonctionnait ! cela me fascinait

Mais c'étaient des querelles sans fin entre eux, et je n'en pouvais plus. J'ai donc appelé mon frère KAMEL qui vivait dans l'Est de la France, et qui m'a proposé de m'héberger.

J'ai vécu quelques mois chez lui, et un jour en entrant dans une librairie, je tombe sur un livre de magie blanche. Nous le lisons, nous étions comme envoûtés, ils nous en fallait toujours plus. Mon frère me propose de visiter une boutique ésotérique, et quand nous y entrant, je me sens glacée, j'ai même un peu peu

Le libraire nous propose plusieurs livres, nous en achetons pour de grosses sommes, et nous voilà plongés dans ce monde occulte. Dans un des livres de magie blanche, il était écrit que cela n'avais rien avoir avec la magie noire. Rassurés, nous mettons en pratique un chapitre du livre, pour attirer la chance et l'argent. Sur le sol de mon appartement , nous dessinons un cercle avec au milieu une étoile, des bougies mises d'une certaine façon, et nous récitons les incantations. Nous en lisons d'autres et les mettons aussi en pratique. Un jour, seule à la maison, je sens une présence derrière mon dos, qui me donne la chair de poule, je me retourne et pousse un hurlement, là se tient devant moi un démon gigantesque et il disparait aussitôt

	.

Nous décidons, d'arrêter mais conservons les livres. Je le jetterais beaucoup plus tard ... quand nous donnerons nos vies à Jésus, mon frère et moi. Mais nous en étions encore bien loin !

Ma belle sœur était un vrai tyran, et elle venait d'accoucher deux mois plus tôt d'un petit garçon. Cet enfant pleurait beaucoup, était très agité, et j'ai dis à mon frère que quelque chose n'allait pas avec le petit ! Rendez vous fut pris chez le pédiatre qui l'a fait hospitaliser Le verdict est tombé comme un couperet: convulsion et crises d'épilepsies !

Moi j'allais mal, très mal, j'étais obsédée par la peur, la crainte de mourir et en même temps je pensais au suicide; J'aidais beaucoup ma belle sœur MARIE, qui fut à son tour hospitalisée, elle faisait elle aussi beaucoup de crises d'épilepsies, et je m'occupais de mon frère, et de ses deux autres petites filles; Puis le bébé, est sorti de l'hôpital, mais pas la mère, le médecin avait mis le bébé sous valium pour lui éviter les crises et les convulsions. C'était un vrai légume, sans force sans vie....

Il pleurait la nuit et je me levais pour le changer, lui donner ses médicaments et le bercer, il finissait toujours dans mon lit tellement il pleurait la nuit, j'étais épuisée moralement et physiquement!

Toute la journée, je m'occupais des filles, les repas le ménage, les lessives, je promenais le bébé, je l'emmenais partout avec moi, je faisais les démarches administratives pour mon logement et pour faire venir mon mari qui me harcelait au téléphone que pour me demander où en étaient les démarches.

Et moi je lui disais : "toi aussi tu me manques"!

Il a fini par arrêter de me harceler, et moi, je reprends des cours où je prépare une capacité en droit.

Ma belle soeur est sortie de l'hôpital, un vrai zombie ! Mais elle se montrait toujours odieuse avec moi, voulant que je sois leur esclave et dressant mon frère contre moi.

N'en pouvant plus un jour, j'ai fait ma valise. Mais où aller ? l'ascenseur est arrivée et mon frère m'a supplié de rester.

Je suis restée de mars a juin, au 6 juin exactement: je venais de recevoir mon logement et j'ai emménagé dans un appartement complètement vide! Je n'avais ni matelas, ni oreiller, ni vaisselle juste ma valise. Alors j'ai acheté une nappe, et une couverture que je mettais par terre et ensuite la moitié de couverture me servait de matelas et l'autre moitié je me couvrais; je roulais ma veste en jeans en boule et voilà l'oreiller.

Je vivais avec le RMI , mais je réussissais toujours à trouver des petits boulots chez un fleuriste.

Un soir en rentrant, ma voisine du dessus m'aborde, alors que je prenais mon courrier, et me dit ":

- "oh vous êtes d'origine KABYLE, ma mère aussi"

Elle m'a invitée à prendre un café chez elle, et nous avons discuté jusqu'à très tard. Le lendemain, elle a sonné chez moi, m'apportant un gâteau maison, je l'ai fait entrer, et ... j'ai invité le "diable" chez moi :

Elle était témoin de Jéhovah!

Elle a vite compris que je n'avais rien, m'a prêté un lit de camps donné des couvertures et du linge de maison, de la vaisselle, et je me sentais fort redevable, je suis allée plusieurs fois à "leur salle du royaume", mais je trouvais que tout sonnait faux, leur discours, leur sourire déguisé...

Puis je n'y suis plus retournée, car je faisais une dépression carabinée. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivais, j'étais constamment sous la peur, les angoisses me tenaillaient. Quand je sortais dehors, je me retournais sans cesse pour voir si je n'étais pas suivie...je me croyais en ALGERIE, cette peur était viscérale, je ne dormais plus, ne mangeais plus, et si j'arrivais à fermer l'oeil, je me réveillais en sursaut, me demandant si j'étais en France ou en Algérie...la pression montait en moi, tout ce que je retenais depuis si longtemps m'explosait en pleine tête.

La mort me collait à la peau.

Un jour, ma soeur Nadia m'appelle et me dit: "nous sommes menacés par les intégristes, peux tu nous accueillir ?"

J'ai dis oui sans hésiter et dans mon petit f2 nous nous sommes retrouvés, j'étais heureuse de la revoir, mais le conte de fée n'a pas duré longtemps. Son mari voulait tout gérer à SA façon, mais je ne me laissais plus faire. De plus j'étais complètement HS à cause des antidépresseurs et des anxiolytiques, des somnifères, et même avec toutes ces pilules je ne dormais pas , mes angoisses me torturaient.

Mais je masquais tout : ne rien montrer, comme du temps de papa....

Je travaillais à cette période et je suppliais mon patron de donner aussi une place à ma soeur et à mon beau frère. Il a accepté, mais mon beau frère a déclaré que ce travail que c'était indigne de lui. J'étais donc la seule à subvenir à nos besoins, je n'en pouvais plus

Je revois mon médecin qui me dit: " Malika, je ne sais plus quoi faire pour vous, vous êtes une bombe prête à exploser, vous avez un pied dans la tombe, qu'est ce que je peux faire pour vous?"

J'ai répondu :

Achevez-moi !!

Peu de temps après mon mari est arrivé en France, mais son retour a été pour moi une déception, le premier soir de nos retrouvailles, nous nous sommes disputés, il ne comprenait pas mes craintes, ni ma fatigue, et tout ce qui l'intéressait, c'était "le devoir conjugal".

Là, ça été la goutte d'eau en trop. Je me murais dans un silence. Mais, avec mon beau frère c'était constamment les disputes, et j'ai dit à ma sœur: je t'ai accueillie dans ma maison et c'est ainsi que vous me remerciez ?

Sa réponse a été pour moi comme une gifle:

- TU NE VEUX QUAND MÊME PAS QUE L'ON SE METTE A GENOU MATIN ET SOIR DEVANT TOI !

J'allais de plus en plus mal, je pleurais en allant dehors, dans des endroits isolés.

Je ne comprenais pas la dureté de mon mari, encore moins celle de ma soeur! Malgré cela, je l'ai aidée dans toutes ses démarches administratives: elle avait dû partir en catastrophe et laisser ses deux enfants en Algérie. Je souffrais de cette situation pour elle, ses enfants lui manquaient.

Alors, sans rien lui dire, un soir, j'ai écrit une lettre à un ministre pour qu'il accélère les démarches afin de permettre aux deux enfants de venir rejoindre leur maman. Cela a apparemment fonctionné car quelques semaines après, ma soeur est retournée en Algérie pour chercher ses petits. Je l'ai aidée financièrement pour acheter les billets de retours pour elle et les gamins: toutes mes économies!!

Quand ils sont revenus, l'ambiance à la maison est devenue infernale.

Un samedi après mes cours de droits, je rentre à la maison et là, mon frère m'appelle et me dit : Malou (c'est mon surnom), viens avec ta troupe, on vous invite à manger le soir à la maison.

J'accepte, mais ma sœur refuse d'y aller ! Mon mari, quant à lui, je ne sais même pas où il vadrouille et cela me devient totalement égal !

Je vais donc seule à ce repas, et j'y reste jusque vers une heure du matin. Mon frère me raccompagne à pied chez moi, et lorsque nous arrivons devant mon bâtiment, je vois ma soeur et mon beau frère, avec chacun un gamin dans les bras, sortir de mon immeuble et se diriger vers l'immeuble d'en face : Elle avait reçu la veille le logement et je la voyais, sous mes yeux, fuir de ma maison comme une voleuse!

Michelle, je ne pouvais plus à cet instant me retenir. Les chutes du Niagara sortaient de mes yeux, je hurlais dans la rue, mon frère me tenait dans ses, bras, et je criais:" pourquoi mon Dieu, pourquoi" ?

Kamel me disait :

- Les parasites sont sortis de chez toi, tu vas enfin être tranquille!

Mais je répondais:

- Tu ne comprends pas, avec tout ce que nous avons traversé, elle et moi, je l'aime, c'est ma sœur!

Je suis restée prostrée chez moi, comme un fantôme, durant des jours, et je me suis dit : il faut que tu sortes, prendre l'air! J'étais seule, mon mari passait ses journées chez son frère et ma soeur, il ne rentrait que la nuit, et encore.

Je tenais encore par un fil. Mais un jour, alors que je me dirigeais chez mon frère pour lui faire part de mes souffrances, je me suis arrêtée sur un passage piétons, et j'ai vu une 205 rouge arriver à toute vitesse.

Et là, Michelle, j'ai clairement entendu une voix qui m'a dit :

- Vas-y, avance, c'en sera fini de tes souffrances, ça va aller vite.

J'ai fermé les yeux et je me suis avancée au moment où cette voiture arrivait. Tout d'un coup, j'ai senti une grande main sur ma poitrine me rejeter en arrière !

Je suis tombée à terre, le chauffeur a klaxonné mais ne s'est pas arrêté, et là, oui là encore Michelle, je me suis mise à pleurer des torrents de larmes, je me sentais nulle, dévastée, et j'ai repris ma marche pour aller chez mon frère.

Il travaillait comme gérant aux HLM et quand il m'a vu arriver dans l'état où j'étais, j'ai lu la peur dans ses yeux ! J'avais maigri de 22 kilos, je faisais peur à voir!

Kamel m'a dit : Malou, tu ne peux plus continuer comme cela, il faut faire quelque chose, on va chez le médecin ! Je suis rentrée chez moi, dans un appartement vide ou presque, mon beau-frère m'ayant volé la moitié de mes meubles !

Mon médecin a augmenté mes doses, ce qui n'a rien changé; elle avait beaucoup de compassion mais elle ne pouvait rien pour moi!

Elle me disait : vous êtes un mur, je ne comprends pas, qu'est ce qui ne va pas ?

Je n'en savais pas trop moi-même, la seule chose qui me redonnait de l'espoir, c'était de voir et de promener le petit de mon frère dont la santé était alarmante.

Un matin, en revenant de cours, je trouve mon mari à la maison, avec ma soeur et mon beau frère ! Une valise est plantée devant la porte. À qui est-elle ?

Ma soeur m'annonce alors que mon mari va partir sur Paris pour travailler et rembourser toutes les dettes de la famille!

Mon mari, lui, ne dit rien. Il est soumis totalement à son frère aîné, qui est aussi le mari de ma soeur

Mon mari part. je demande à mon médecin à aller dans une maison de repos; elle m'en propose une en Alsace. C'esy mon frère qui m'y emmène.

Le premier soir, à table, je regarde cette salle immense, froide, lugubre, me demandant ce que je fais là. Je touche à peine à mon repas, et nous nous retrouvons avec tous les résidents dans une pièce dite de repos, et je me retrouve en compagnie de quatre femmes qui s'ouvrent ensemble, devant mes yeux, les veines avec une lame !

Je hurle, le personnel arrive, et fait évacuer tous le monde; je demande alors au médecin de garde l'autorisation de téléphoner.

Dans un premier temps, il refuse, et j'insiste mais lourdement, et il me donne le téléphone. Je compose le numéro de mon frère, et je lui dis : sors-moi de là», en lui expliquant ce qui c'est passé! Le lendemain, à huit heures précise, mon frère était là. Je me jette dans ses bras, reconnaissante, en lui disant que j'aurais probablement été la cinquième sur la liste.

Mon médecin, quand je le revois, me dit : """Je ne peux vous laisser dans cet état, je vous propose une autre maison de repos. Là vous serez bien !

Je prends alors la décision de me faire hospitaliser dans cette maison de repos. Les jours passent, je suis si seule, j'ai peur, et je sens que la nuit tombée sur ma vie est profonde, sans remède. Je suis désespérée.

Un après-midi, je m'assois dans le couloir sur un fauteuil, lorsqu'une femme, tenant un livre dans ses mains, passe devant moi et lit...

J'ai toujours aimé lire. La littérature, c'est quelque chose qui m'a aidée à tenir en Algérie, et là, curieuse, je baisse la tête pour voir le titre du livre et je lis : La Sainte Bible.

La Sainte Bible !

Je me tourne vers cette femme et je lui demande comment de nos jours on peut encore croire dans un livre aussi poussiéreux et arriéré que celui-ci ?

Elle me répond :

- vous savez, la Parole de Dieu est vivante !

- Ah bon ?

- Oui, vous savez, la Parole de Dieu parle !

Là, c'est trop pour moi, je me mets à rire.

Alors que mon cœur est en miettes, je ris !

Je lui réponds, par moquerie :

- Pourquoi, elle a une bouche, votre bible ?

Là, elle ma la tend, elle me dit de l'ouvrir et de lire juste une ligne ou deux, ce que je fais.

Et là, bizarre, ça a l'air de parler de moi, mais je me dis que ce doit être un pur hasard!

Elle m'invite à nouveau, et je la referme, l'ouvre, et là je tremble de tout mon corps; je la referme et l'ouvre pour la troisième fois, et là encore plus, je lis ce que je vis.

Je suis effondrée, alors elle me parle de Jésus, me dit : "Simplement, si vous croyez que Jésus peut vous guérir, alors il en sera fait ainsi !". Elle me parle de l'imposition des mains, je trouve cela fabuleux, mon cœur se sent vivant d'un coup depuis des années, je me sens vivante !

Et je ne peux expliquer avec des mots, Michelle, mais instantanément dans mon coeur, tout mon être, je ressens une paix profonde, immense, indescriptible, m'envahir. Je saute de joie sur place, et cette dame, Patricia, me dit qu'elle peut me mettre en relation avec sa sœur qui est dans une église de cette ville, et moi je suis d'accord ! Je prends le numéro de téléphone, et je vais dans ma chambre, je fais mes bagages, je me dirige vers le médecin, et je lui dis, je sors, JE SUIS GUÉRIE !

Il me regarde de façon bizarre, et me dit que je ne peux sortir comme cela sur un coup de tête! Je lui rétorque que je suis venue de mon plein gré, aussi je sors quand il me plaira;

Il refuse, et là je lui dis :

Jésus m'a guérie !

Le pauvre homme, il s'est demandé sur quelle folle il était tombé ! Je lui répète : " Jésus m'a guérie, je m'en vais". Il me demande de lui signer une décharge, ce que je fais

Je prends le téléphone, j'appelle mon frère, et à la seconde où je l'ai au téléphone, je lui dis:

- JÉSUS EST VIVANT, KAMEL !!!

Le pauvre, il me croyait cinglée. Il me dit: "je viens mais là, tu as touché le fonds !"

Lorsqu'il arrive, je cours vers lui, et je lui dis de s'asseoir. Je lui explique que Jésus est vivant, et qu'avec l'imposition des mains, sa femme et son fils seront guéris!

Et là, tout comme moi avec ses simples mots, le Saint Esprit agit dans son coeur instantanément, et nous pleurons, moi de joie pour la première fois!

Nous rentrons à la maison, et j'appelle cette sœur en Christ et je lui dis:

- il faut venir chez moi, me parler de Jésus

Patricia l'avait déjà mise au courant.

Rendez-vous est pris le vendredi, et cette femme vient chez moi, ne sachant pas que j'avais invité plusieurs personnes dont mon frère, sa femme, ma meilleure amie....

Ce n'est que bien plus tard qu'elle m'avouera avoir eu peur en nous voyant si nombreux, elle ne s'y attendait pas; et nous la harcelons de questions, je veux tout savoir de Jésus.

Le dimanche, elle nous amène à l'église et dès que je rentre, je suis saisie par quelque chose que je ne peux expliquer : mon cœur est dans la joie, je vois des visages rayonnants. Nous avançons vers le premier rang, la salle est pleine, les chants résonnent, je pleure, je regarde les paroles défiler, et je me mets à chanter, et je ne suis pas venue seule, mon frère, son épouse, mon amie, nous chantons tous, et les paroles, mon Dieu, c'est comme si on les connaissait !!!

Et d'un coup le pasteur fait un appel et dit : qui veut donner sa vie à Jésus ?

Je sens quelqu'un derrière moi qui me pousse d'une main, et je me dit :

- Zut, si je dois prendre cette décision, personne ne doit m'influencer !

Et de nouveau le pasteur dit :

- ""qui veut donner sa vie à Jésus ?''

Mince, de nouveau on me pousse plus fort. Dans mon for intérieur je me dis : "celle-là ou celui-là va m'entendre !".

Tout d'un coup je tremble comme une feuille des pieds à la tête ! Que m'arrive-t-il ?

J'entends une femme, complètement à l'opposé de moi au bout de la salle, qui prend la parole et dit :

- Pourquoi trembles-tu devant moi ?

Et là, la main dans mon dos se fait plus forte au moment où le pasteur demande pour la troisième fois qui veut donner sa vie à Jésus.

Je me retourne, toute l'allée derrière moi est vide !

Je suis terrassée par l'amour du Seigneur, et je m'avance devant le pasteur, mon frère et tout le reste de la troupe me suivent et nous donnons nos vies à Jésus. Nous sommes alors le 4 Mai 1997

Le pasteur nous offre une bible, et je lui demande direct s'il peut venir à la maison, pour prier avec nous. Il nous donne rendez vous le lendemain, chez mon frère, et je porte dans mes bras ce petit bébé, drogué au valium. Il a un problème au cerveau, on peut le voir, d'un côté sa boite crânienne est plate, le petit souffre, on le voit sur le visage; le médecin, nous avait dit qu'il ne marcherait jamais, ne lirait jamais, bref condamné!

Je lui dis : "pasteur, prions, après Jésus le guérira !"

Nous avons alors prié, avec de simples mots, je m'adressais à LUI avec la paix dans le cœur, nous continuons de prier pour ma belle soeur et le pasteur me dis :

- tu sens l'onction quand tu pries ?

Je lui dis: " non, tout ce que je sais, c'est qu'Il a dit, avec l'imposition des mains, nous serions guéris !"

Michelle, à partir de ce jour, ma belle-sœur Marie et son fils ont été guéris ! Plus de médicaments, plus de crises ni de convulsions ! Le Seigneur a reformé la boite crânienne du petit, et aujourd'hui ce gamin est un grand sportif, un amoureux de Jésus ! Il lit parfaitement et adore lire la parole de Dieu.

Quelques jours après avoir donnés nos vies à Jésus, je demande à mon frère de détruire tous les livres et nous remplissons donc un sac de 200 litres que nous brûlons dans un bois : un vrai feu de joie, nous demandons pardon au Seigneur.

Marie, elle, deviendra une servante de Dieu.

Quelques années après, nous parlerons de Jésus à nos parents, et ils abandonnent l'islam, ayant constatés les guérisons que Jésus a opéré , ils sont pleinement convaincus. Ma mère, très malade, est comme vidée de toute force, ma grand mère paternelle pratiquait la magie et lui jetait des sorts, c'était une sorcière puissante, mais maman verra l'infini puissance du Seigneur : un après midi, elle est allongée sur le canapé, je suis assise à côté d'elle, et je lui lis des passages de la bible, et elle fini par s'endormir.

Elle fait un songe, elle voit Jésus entrer par la fenêtre, et s'asseoir à ses côtés; elle lui demande ce qu'il fait vers elle, et Jésus lui dit je viens t'aider. Maman lui dit que c'est impossible, car elle porte son fardeau à l'intérieur du cœur, elle lui dit que c'est à l'intérieur d'elle dans une boite fermée.

Elle voit alors Jésus tendre sa main et pénétrer au niveau de l'estomac et retirer cette boite qu'Il jette en l'air et qui disparait!! Et instantanément, elle sent un poids la quitter, et depuis ce jour, elle retrouve ses forces, et ne fait plus de crises de tétanie.

Le seigneur m'a instantanément guérie de la dépression, je n'ai plus eu besoin de ces médicaments, mon médecin me disait : il vous faudra un sevrage, attention ! j'ai tout balancé à la poubelle, et Dieu a guéri ma vie, pas après pas.

Je me suis retrouvée dans une période où j'avais du mal à dormir. Je décide de prendre un léger somnifère, et 10 minutes après l'avoir pris, je me sens subitement très mal, j'ai envie de vomir, ce que je fais, et mes jambes ne me tiennent plus, je me traine difficilement dans ma chambre, je veux m'allonger, je vois toute la pièce tourner, et je m'écroule sur le lit et j'entends la voix du SEIGNEUR me dire :

- "JE t'ai dit JAMAIS plus JAMAIS tu ne toucheras à un seul de ces médicaments!"

Et je perds connaissance, me réveillant deux heures après, libérée.

Le seul hic, c'était ma sœur Nadia. J'essayais en vain d'entrer en contact avec elle, j'ai fait tout ce qui était humainement possible, cela me rendait triste.

Et quand j'ai demandé au Seigneur de guérir Marie et mon neveu, ma deuxième prière a été pour mon frère : j'ai dis au Seigneur :

- S'il te plaît, ramène mon petit frère ici, il y a si longtemps que nous ne l'avons vu !

Le lendemain mon téléphone sonne, et au bout du fil, mon cher petit frère, et là ma joie éclate et je ne trouve rien d'autre à lui dire que ces mots :

- Rachid, Jésus est vivant !

Il me dit :

- Es-tu folle ? je t'annonce que je viens te rejoindre et toi tu me parles de Jésus ?

Le surlendemain, nous allons le chercher à la gare de notre ville, et sur le chemin du retour jusqu'à la maison, environ 15 minutes de trajet, nous lui parlons de Jésus et dans la voiture il donne sa vie à Jésus, et il est aussitôt baptisé du Saint Esprit !

Jésus a ressoudé nos liens,et mon petit frère est resté avec nous.

Je harcelais la pasteur pour qu'il nous baptise et cinq mois après notre conversion, nous fûmes baptisés, ce fût le plus beau jour de ma vie!

Mais ma sœur Nadia ne voulait rien savoir. Alors pendant des années, elle ne m'adressa plus la parole. Mais j'ai continué de prier pour elle durant ....10 ans !

Dix ans de vie perdus. J'ai beaucoup pleuré pour elle, devant Dieu, et entre-temps nous avons, par la grâce de Dieu, pu faire revenir nos parents. Cela a été conduit de Dieu, mais cela a été un défi pour moi, je les ai hébergés chez moi durant trois ans et demi; mon frère, lui, ne voulait pas : pas facile avec le caractère de mon père !

Cela n'a pas été facile mais je les ai pris sous mon toit, et j'ai assumé seule financièrement, et, bien que mon père me provoquait souvent, je ne disais rien, et je priais pour lui

J'ai annoncé à mon frère que je parlerais de Jésus à mon père un soir, et le Seigneur a commencé un travail dans son cœur, et j'ai dis à mon père :

- Veux tu donner ta vie à Jésus ?

La réponse fut : OUI !.

Mais cela n'a pas tout réglé du jour au lendemain, et j'ai eu beaucoup de mal à l'aimer comme il était, mais aujourd'hui je suis affranchie de son emprise.

Ma soeur Nadia est tombée très malade, et j'ai appelé mon frère, je lui ai dit : elle est dans un tel bourbier, toi elle t'écoutera, parle-lui de la puissance de Dieu, et du prix payé pour elle.

C'est ce qu'il a fait; elle, à bout de force, dans un état que les médecins ne comprenait pas, donna enfin son cœur à Jésus malgré l'opposition de son mari; mais toujours pas de contact avec elle: depus qu'elle avait qutté mon appartement, elle continuait à me fuir, et j'en souffrais beaucoup.

Il y a deux ans, ma sœur de Paris est venue à Noël, et tous ont été invités chez Nadia sauf moi; j'étais triste mais je savais la présence du Seigneur avec moi.

Le lendemain, j'ai dit à ma sœur Fahima : quel gâchis, depuis des années que cela dure, on aurait pu se retrouver ! je tombe à genou et .....oui Michelle, je pleure!

Ma sœur doit repartir à Paris et c'est Nadia qui l'accompagne à la gare; je les vois depuis ma fenêtre rouler en voiture, mon cœur se gonfle de tristesse, et d'un coup je reçois une pensée du Seigneur, et je prends mon portable, et j'appelle Fahima. J'ai écrit pas SMS une parole concernant Nadia, et Fahima lui passe le portable pour lire, et la main de ma sœur tremble, elle pleure.

Fahima a repris le train, elle me téléphone, et me dit : j'étais triste que toute la famille ait été là sauf toi, ce n'est pas juste; je la rassure, en lui disant que cela fait partie sans aucun doute du plan de Dieu.

Alors que je ne savais pas, ma sœur, depuis le train, appelle Nadia et lui dit :

- si Malika vient te voir chez toi aujourd'hui, est-ce que tu la reçois ?

Elle répond :

- oui!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Fahima me rappelle pour m'annoncer cette nouvelle. Je prends mon courage à deux mains et je dis: "Jésus, ne me laisse pas tomber. Jusqu'ici Tu as toujours été avec moi, ai pitié de moi, que dois je dire ou faire ?"

Je décide de prendre une bible et une boîte de chocolat, et c'est le cœur battant la chamade que je sonne à sa porte! Mais Dieu avait déjà son programme, je ne savais même pas qu'il y avait ma maman chez Nadia.

Je sonne, la porte s'ouvre , elle apparaît avec le visage fermé, je me dis en mon fort intérieur : c'est foutu, rentre chez toi, et là, ô miracle, elle me tend les bras et me dit deux phrases :

- ma soeur de sang, de chair et ma soeur en Christ !

Michelle, pas besoin de vous dire .....je pleure ....de joie.

Les paroles qu'elle m'a dites étaient du Seigneur, elles ont permis de restaurer nos liens et de briser toutes les paroles de malédiction qui avaient été si souvent proclamées.

Ma soeur dévore tous les jours la bible, elle se lève une heure à l'avance tous les matins pour lire la bible, elle avance à grand pas, nous sommes redevenues des sœurs comme on ne l'a jamais été, et les meilleures amies, Dieu a mis une grande complicité entre nous.

Le mari de ma sœur est à ce jour toujours musulman mais nous savons que le Seigneur est bien plus grand.

J'ai demandé le divorce pour abandon du domicile conjugal et d'autant plus que Dieu m'a ouvert les yeux sur son homosexualité. J'ai compris alors sa bestialité, et ses pulsions. Au début, il s'est opposé au divorce, mon intention était de tout mettre en oeuvre pour détruire sa vie comme il l'avait fait avec moi, mais dans mon cœur la place que Jésus occupe a dissipé tout le reste.

Fidèle au Seigneur dans cette assemblée durant plus de huit ans, je suis partie sous le commandement du Seigneur, malgré le pasteur qui me disait: tu ne peux pas quitter l'assemblée, reste, je te nomme au poste de diaconesse!

Ma réponse a été simple, j'ai dit ce que j'ai vu marqué sur le front du pasteur : DEAL. J'ai compris que je devais faire un choix, parce que nous ne suivions pas la même vision.

Je fréquentais alors, en effet, une église, où l'on ne pratique pas la délivrance, et le pasteur me demandait de ne pas parler de ce sujet, mais je voyais débarquer chez moi, des personnes souffrantes de maladie, d'ulcères, de stérilité et je priais pour ces personnes, Dieu manifestant les miracles.

J'ai donc refusé, car le Seigneur m'a dit : "je t'ai appelée à l'extérieur".

Effectivement les personnes des églises environnantes viennent chez moi pour se faire délivrer, et je prie pour les malades, pour lesquels le Seigneur m'a donné son onction.

Je suis heureuse, autour de moi je parle de Jésus, surtout à une collègue atteinte du SIDA. Je l'invite, à midi chez moi, et elle se confie à moi, je lui dit que Jésus peut changer sa vie, elle pleure, et me dit que les médecins ne lui donne que quelques mois à vivre.

Je lui impose les mains, et prie pour elle, puis nous repartons au travail.

Quelque temps plus tard, elle m'appelle au téléphone, je la sens paniquée, et elle me demande de venir prier pour elle, J'y vais avec le pasteur, pour qu'il se rende compte des besoins de délivrance, elle souffre énormément, elle nous raconte sa vie, et me demande de lui imposer les mains, nous prions pour elle, elle n'est que l'ombre d'elle même; Le pasteur est ressorti de là en pleurant!

Le lendemain, elle a une prise de sang à faire, et lorsqu'elle obtient les résultats, elle m'appelle en jubilant et m'annonce que ses globules blancs sont remontés en flèche, que le virus a cessé de se multiplier. Par la suite , elle ne tombe plus malade, et 15 ans après ma collègue est toujours en vie, mère d'un petit garçon qu'elle appellera PAUL

Je reçois un jour un coup de fil d'une sœur qui me demande de l'aide, et me demande de ne pas en parler au pasteur. Je prie pour elle, pratique la délivrance et tout d'un coup le démon se manifeste et elle parle avec une voix d'homme, lève le bras est l'abat d'une force sur ma table de salon en bois brut, et là je me dis: " elle va se broyer les os" !

Il n'en est rien, et la délivrance se fait en cinq heures. Je suis épuisée et je lui demande de revenir le lendemain,

Une autre sœur vivait sous la culpabilité, et j'ordonne à ce démon de la quitter et de nouveau les démons se manifestent violemment, me menacent, mais je n'ai pas peur, et je continue! Aujourd'hui c'est une femme de Dieu transformée et qui est devenue une guerrière pour le seigneur!

Une soeur que je connaissais qui vivait dans une ville voisine, me demande un jour de venir témoigner à un couple au bord du divorce. Je prie avant et demande au Saint Esprit ce que je dois faire, et la réponse est : "va, mais ne lui impose pas les mains''.

Cet homme est un catholique hyper pratiquant et magnesthésiste, sous la coupe d'une "soeur" catholique qui lui apporte des photos, pendant que son épouse gave son mari avec des grigris qu'une marocaine lui donne à prix d'or pour garder son mari. Je leur témoigne, et, durant des mois, je dois faire de multiples délivrances, purifier la maison des statuettes de MARIE, dont une vierge noire dont le regard vous suit partout...*

  • * Note Michelle: Certains obljets sont si "chargés spirituellement" (en fait des démons les infestent), qu'ils peuvent effectivement donner l'impression d'être réellement habités. Certes pas par Dieu... "qui n'habite pas des temples faits de mains d'homme"... Encore moins des statues prohibées par la Bible !

Lorsque j'ai commencé la délivrance avec cet homme, il a eu une manifestation: il prend la position d'un homme crucifié sur une croix et une puanteur envahit la pièce. Ilt récite des litanie en latin, alors qu'il ne n'a jamais appris le latin, il vomit des quantités de sang (ingurgité a son insu par sa femme), et des morceaux noirs et gluants. Nous en avons rempli un sac!*

  • * Note M.A.V.: j'ai connu des manifestations similaires chez un homme qui venait lui aussi d'une longue lignée de catholiques confinés dans des cultes à la Vierge, et qui avait, entre autres, été "consacré au "sacré coeur de Jésus": Lui aussi a vomi un seau entier de sang noir. J'ai aussi ressenti des odeurs nauséabondes chez des gens qui avaient été adonnés aux cultes aux "saints" morts ... Les Vierges noires, de fait, représente Isis, la déesse égyptienne ! Elles sont tout sauf neutres. Hélas, que d'ignorance ...

Le seigneur l'a libérée de tous les poisons ingurgités donnés par des marabouts, et des litres d'eau bénites avalées. Cet homme entendait des voix qui le harcelaient jours et nuits.

Ils ont tous donné leur vie à Jésus, et le couple a abandonné la procédure de divorce, et je les amène dans une église où la délivrance est pratiquée, et le pasteur les a baptisés; leur vie se transforme, lui compose des chants de louange, et ses enfants changent de comportement. La joie revient dans cette maison!

Je voudrais préciser concernant les marabouts que ce sont des gens qui se servent du coran pour jeter des sorts, et manipuler les gens. Ils ont une emprise très forte, et ont pignon sur rue, dépouillant les gens et les mettant sous de lourdes malédictions; j'ai souvent eu affaire à des anciens musulmans, pour la délivrance, et les esprits guerriers en eux ne sont pas des enfants de cœur. Les démons menacent et parfois les personnes se jettent sur moi pour m'étrangler, mais Dieu m'a toujours gardé.

Le souvenir le plus marquant pour moi a été une sœur, ancienne musulmane. Lors de la délivrance, un serpent s'est manifesté, elle se tortillait en sortant la langue, et elle m'a craché son "venin" sur la figure, je l'ai évité de peu ! c'était une vraie "animalerie", des quantités "d'animaux " sortant: C'en était hallucinante : girafe, taupe , cheval, chien....

  • * ''Je peux confirmer: là où il y a eu de l'hindouisme, des arts martiaux, du maraboutage, de la Dranc maçonnerie, et toutes les formes de sorcelleries existantes, nous sommes souvent en présence de démons qui revêtent des apparences animales, comme d'ailleurs la Bible le démontre: python, serpent, dragon, prince des mouches, leviathan....

Je vais de surprises en surprise, et Jésus n'a pas fini de m'étonner, mais je réalise combien les marabouts avec des versets du coran, qu'ils écrivent avec du henné, en trempant le papier écrit dans un verre d'eau avant de le faire boire, et leurs victimes deviennent de vrais zombies.

Les marabouts se servent d'ossements humains, de sang, et ces égarés en font les frais.

Ils n'ont pas la vérité, et se moquent de la souffrance des autres, profitant même de l'incrédulité des femmes surtout, une amie à moi en a fait les frais, en Algérie, car après avoir fait boire à son mari un breuvage, celui ci est décédé!!!

Merci Jésus, car toi seul est le chemin , la vérité et la vie.

Il y aurait beaucoup à dire, car j'ai moi aussi vécu de grandes délivrances, j'ai vu les malades être guéris, des femmes stériles depuis des années enfanter, et j'en passe...

Aujourd'hui ma mère suit depuis deux ans des cours pour apprendre à lire et à écrire. Quand la responsable du centre lui a demandé : "pourquoi maintenant, et à votre âge", elle a dit :

- pour lire la bible.

Voilà, Michelle, je te témoignerai d'autres choses, mais c'est en gros le témoignage de ma conversion.

Il y a encore des choses à dire, je n'ai pas pu tout mettre...