• Israël : ambigu soutien américain à l'ONU

     

    ISRAEL


    "Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin." [Matthieu 24:14.] Mais quel est cet évangile dont Jésus-Christ parle ?



    22/02/2011 : Israël : ambigu soutien américain à l'ONU


    Le 51e veto de Washington à une résolution condamnant Israël n'a été consenti qu'à contrecœur par Obama .

    À Jérusalem

    «C'est un succès qui risque de nous coûter très cher»: commentateurs et diplomates tiraient dimanche un bilan plutôt amer du veto imposé par les États-Unis ce week-end au Conseil de sécurité de l'ONU. Comme le souhaitait le gouvernement de Benyamin Nétanyahou, les Américains ont refusé de condamner la poursuite de la colonisation israélienne en Cisjordanie et dans la partie arabe de Jérusalem, où s'est installé un demi-million d'Israéliens. Après cette «victoire», personne n'a cru bon de pavoiser dimanche à Jérusalem. Au contraire, l'heure était plutôt aux interrogations sur le prix politique à payer, tant Barack Obama a fait comprendre combien il avait agi à contrecœur dans cette affaire.

    «C'était le 51e veto imposé par les États-Unis à une résolution anti-israélienne à l'ONU, mais cela pourrait être le dernier, car les Américains sont fatigués de nous défendre à propos d'une politique de colonisation qu'ils condamnent», prévoit Alon Pinkas, ancien consul général d'Israël à New York. Une analyse également entendue sur la radio militaire. «À cause de nous, les Américains se sont retrouvés totalement isolés, les 14 membres du Conseil de sécurité votant contre eux, une situation qu'ils détestent par-dessus tout», a ajouté la commentatrice en relevant les «critiques très dures» lancées par Susan Rice, la représentante américaine à l'ONU, dans son discours contre la colonisation. Autrement dit, les Américains ont voté contre un texte avec lequel ils étaient fondamentalement d'accord.

    Enfoncer le coin

    Dany Gillerman, ancien ambassadeur d'Israël aux Nations unies, a plaidé une demi-culpabilité en soulignant que le refus des Palestiniens du moindre compromis était à l'origine de ce veto américain. Il reconnaît toutefois qu'Israël est «désormais en comptes avec Washington». Dore Gold, lui aussi ex-représentant de l'État hébreu à l'ONU et proche de Benyamin Nétanyahou, admet que la colonisation constitue un «dossier très difficile à plaider», et ce d'autant plus que le premier ministre et le président américain sont en froid. L'an dernier, Benyamin Nétanyahou avait refusé d'imposer un gel de six mois à la construction de logements dans les colonies de Cisjordanie. Barack Obama avait pourtant mis tout son poids dans la balance pour obtenir ce «geste de bonne volonté», censé permettre une reprise des négociations avec les Palestiniens, gelées depuis des mois. Autre signe du malaise: le président américain n'a pas éprouvé le besoin de consulter Nétanyahou ni avant ni après la chute de Hosni Moubarak, alors que le traité de paix entre Israël et l'Égypte est considéré, tant à Washington qu'en Israël, comme un test essentiel pour juger du nouveau pouvoir en place au Caire.

    Les Palestiniens sont bien décidés à enfoncer le coin en poursuivant leur campagne anticolonisation devant l'Assemblée générale des Nations unies, avec à la clé l'espoir de sanctions contre Israël - sans que les Américains puissent cette fois imposer leur veto. Ce programme s'intègre au projet de Salam Fayyad, le premier ministre palestinien, qui veut jeter les bases d'un État indépendant, dont l'existence pourrait être reconnue par presque toute la communauté internationale, en septembre.

    Source : le figaro.fr
    Lien : http://www.lefigaro.fr/international/2011/02/20/01003-20110220ARTFIG00191-israel-ambigue-soutien-americain-a-l-onu.php


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :