• L'Iran prévoit d'autres sites d'enrichissement d'uranium


    L'Iran prévoit d'autres sites d'enrichissement d'uranium


    Ces nouveaux sites devraient être construits au «cœur des montagnes pour être protégés contre toute attaque» aérienne. La nouvelle intervient quelques heures après la proposition de l'Iran de discuter avec l'ONU.

    L'Iran souffle le chaud et le froid sur le dossier du nucléaire. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a approuvé lundi, selon son conseiller, plusieurs sites pour l'installation de nouvelles usines d'enrichissement d'uranium. «La construction de ces sites commencera quand le chef de l'Etat en donnera l'ordre», a précisé le conseiller sans donner de détails sur le nombre et la localisation des sites choisis.

    Accusé par les Occidentaux, Etats-Unis en tête, de chercher à se doter de l'arme nucléaire, l'Iran nie caresser une telle visée et affirme ne poursuivre ses recherches que pour des usages civils. Le président iranien a promis fin décembre la construction de dix nouvelles usines d'enrichissement d'uranium, en réponse à une résolution de l'Agence internationale de l'énergie Atomique (AIEA) condamnant la politique nucléaire iranienne. Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique a confirmé que Téhéran lancerait d'ici à mars 2011 deux usines, construites au «cœur des montagnes» pour «être protégés contre toute attaque» aérienne.

    Des discussions avec l'ONU ?

    L'annonce de lundi tranche avec le ton plus conciliateur affiché ce week-end par Téhéran. Le chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki avait déclaré dimanche que son pays était prêt à discuter avec les membres du Conseil de sécurité de l'ONU de l'échange de son uranium faiblement enrichi contre du combustible enrichi à 20%. Jusqu'à présent l'Iran a toujours refusé la proposition de l'AIEA de livrer 70% de son uranium faiblement enrichi à la Russie, qui l'enrichirait à 20% avant sa transformation, en France, en combustible pour un réacteur de recherche médicale. Téhéran veut que l'échange ait lieu sur son sol.

    Téhéran a également essayé de se poser en gendarme du nucléaire mondial. L'Iran, qui n'a pas été invité la semaine dernière à la grande conférence de Barack Obama sur la sécurité nucléaire, a organisé samedi une conférence de deux jours sur la non-prolifération. Mahmoud Ahmadinejad a ainsi prôné la création d'un «organe international indépendant» pour contrôler le désarmement. Le président iranien a plaidé que «les Etats ayant l'arme nucléaire, ceux l'ayant utilisée ou ceux ayant menacé de le faire» soient «suspendus de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), et particulièrement les Etats-Unis». «L'AIEA comme l'ONU sont inefficaces car elles sont dominées par quelques grandes puissances. Le conseil de sécurité est un outil dont se servent une poignée de nations pour intimider les autres pays», a-t-il redit.

    Washington, Paris et Londres tentent notamment d'obtenir du Conseil de sécurité une nouvelle résolution pour renforcer les sanctions internationales contre l'Iran. La Russie et la Chine ont finalement accepté d'aborder le sujet. Cependant, les membres non permanents du Conseil de sécurité, comme la Turquie, le Brésil et le Liban sont réticents et demandent la poursuite des discussions avec l'Iran.

    Source :Le figaro.fr
    Lien : http://www.lefigaro.fr/international/2010/04/19/01003-20100419ARTFIG00482-l-iran-prevoit-d-autres-sites-d-enrichissement-d-uranium-.php


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :