• La pire des folies, c’est abandonner l’Eternel!


    La pire des folies, c’est abandonner l’Eternel!

    Article de Henri Viaud-Murat.

    A la fin des temps, beaucoup abandonneront le Seigneur et la Vérité. Un tel abandon ne se fait pas en général brutalement. Il est le résultat d’un long processus pernicieux. Un petit trou dans la coque finit par faire couler le bateau!

    Dès sa fondation, l’Eglise fidèle a dû lutter pour préserver la pureté du message de l’Evangile des attaques sournoises ou violentes du Menteur et du Père du Mensonge. Mais le Seigneur nous a prévenus que les temps qui précéderaient Son retour seraient des temps de ténèbres et d’apostasie.

    « Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience » (1 Timothée 4: 1-2).

    « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-là » (2 Timothée 3: 1-5).

    « Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu’on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là. Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu » (2 Thessaloniciens 2: 1-4).

    L’apostasie, c’est tout simplement l’abandon de la Vérité, pour aller à la poursuite du vent et du néant.

    Ainsi, l’apparition de l’apostasie est l’un des grands derniers signes qui précéderont immédiatement le retour et l’avénement du Seigneur. Il n’est pas nécessaire d’être prophète pour dire que nous sommes actuellement au milieu d’une apostasie généralisée, telle qu’il n’y en a jamais eu depuis que l’Eglise de Jésus-Christ existe!

    Nous sommes à la fin des temps. Le retour du Seigneur n’a jamais été aussi proche. L’apostasie est à son comble au sein de ce qui constitue l’Eglise chrétienne apparente, visible. Nombreux sont ceux qui ont marché fidèlement avec le Seigneur pendant un temps, et qui sont retournés dans le monde ou dans le péché.

    Toutefois, la véritable Eglise de Jésus-Christ, qui est aussi Son Epouse, garde les yeux ouverts. Elle sait que le Seigneur Jésus, qui a donné Sa vie précieuse pour elle, et qui a promis de la conduire dans toute la Vérité, est toujours Celui qui est le Fidèle et le Véritable. Elle ne désire qu’une chose: plaire à son Seigneur, et marcher dans la Vérité. Elle sait qu’il n’y a pas de plus grande joie pour le Seigneur que de voir Ses enfants marcher dans la Vérité!

    Le Seigneur peut, pendant un certain temps, nous « abandonner » à certaines épreuves, pour connaître ce qui était au fond de notre coeur, ou, plutôt, pour que nous connaissions nous-mêmes ce qui était au fond de notre coeur. Mais il ne s’agit pas ici d’un abandon absolu et définitif. Car Dieu n’abandonne jamais ceux qui Lui appartiennent.

    « J’ai été jeune, j’ai vieilli; et je n’ai point vu le juste abandonné, ni sa postérité mendiant son pain. Toujours il est compatissant, et il prête; et sa postérité est bénie. Détourne-toi du mal, fais le bien, et possède à jamais ta demeure. Car l’Eternel aime la justice, et il n’abandonne pas ses fidèles; ils sont toujours sous sa garde, mais la postérité des méchants est retranchée » (Psaume 37: 25-28).

    Non, Dieu n’abandonnera jamais ceux qui L’aiment et qui se sont attachés à Lui! Mais ce sont plutôt les hommes qui peuvent décider de L’abandonner et de retourner à ce qu’ils ont vomi!

    La Bibleest remplie d’avertissements clairs à l’intention de ceux qui ont fait profession de suivre Dieu, et qui finissent par L’abandonner.

    Voici les paroles que le Roi David à laissées à son fils Salomon, avant de mourir:

    « Et toi, Salomon, mon fils, connais le Dieu de ton père, et sers-le d’un coeur dévoué et d’une âme bien disposée, car l’Eternel sonde tous les coeurs et pénètre tous les desseins et toutes les pensées. Si tu le cherches, il se laissera trouver par toi; mais si tu l’abandonnes, il te rejettera pour toujours » (1 Chroniques 28: 9).

    Nous savons que Salomon, à la fin de sa vie, a fini par abandonner les commandements de l’Eternel, par amour pour les femmes étrangères. Mais cet abandon s’est fait très progressivement. Salomon s’est laissé endormir peu à peu, attiré par le luxe, l’abondance et la volupté.

    Voici les avertissements que Dieu donnait à Son peuple, Israël:

    « Israël a mangé les fruits des champs; il lui a fait sucer le miel du rocher, l’huile qui sort du rocher le plus dur, la crème des vaches et le lait des brebis, avec la graisse des agneaux, des béliers de Basan et des boucs, avec la fleur du froment; et tu as bu le sang du raisin, le vin. Israël est devenu gras, et il a regimbé; tu es devenu gras, épais et replet! Et il a abandonné Dieu, son créateur, Il a méprisé le rocher de son salut, ils ont excité sa jalousie par des dieux étrangers, ils l’ont irrité par des abominations; ils ont sacrifié à des idoles qui ne sont pas Dieu, à des dieux qu’ils ne connaissaient point, nouveaux, venus depuis peu, et que vos pères n’avaient pas craints. Tu as abandonné le rocher qui t’a fait naître, et tu as oublié le Dieu qui t’a engendré. L’Eternel l’a vu, et il a été irrité, indigné contre ses fils et ses filles. Il a dit: je leur cacherai ma face, je verrai quelle sera leur fin; car c’est une race perverse, ce sont des enfants infidèles. Ils ont excité ma jalousie par ce qui n’est point Dieu, ils m’ont irrité par leurs vaines idoles; et moi, j’exciterai leur jalousie par ce qui n’est point un peuple, je les irriterai par une nation insensée. Car le feu de ma colère s’est allumé, et il brûlera jusqu’au fond du séjour des morts; il dévorera la terre et ses produits, il embrasera les fondements des montagnes. J’accumulerai sur eux les maux, j’épuiserai mes traits contre eux. Ils seront desséchés par la faim, consumés par la fièvre et par des maladies violentes; j’enverrai parmi eux la dent des bêtes féroces et le venin des serpents. Au dehors, on périra par l’épée, et au dedans, par d’effrayantes calamités: il en sera du jeune homme comme de la jeune fille, de l’enfant à la mamelle comme du vieillard. Je voudrais dire: je les emporterai d’un souffle, je ferai disparaître leur mémoire d’entre les hommes! » (Deutéronome 32: 13-36).

    Le Dieu d’Israël n’a pas changé, et Il ne changera jamais! Son Eglise, greffée sur le tronc d’Israël, a reçu des bénédictions infiniment plus grandes que celles qu’Israël avait reçues sous l’ancienne alliance. Pensez-vous que les jugements de Dieu sur Son Eglise infidèle seront plus doux que ceux qui sont décrits dans ce passage du Deutéronome?

    « Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, qu’ils ont tous passé au travers de la mer, qu’ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, qu’ils ont tous mangé le même aliment spirituel, et qu’ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ. Mais la plupart d’entre eux ne furent point agréables à Dieu, puisqu’ils périrent dans le désert. Or, ces choses sont arrivées pour nous servir d’exemples, afin que nous n’ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu. Ne devenez point idolâtres, comme quelques-uns d’eux, selon qu’il est écrit: Le peuple s’assit pour manger et pour boire; puis ils se levèrent pour se divertir. Ne nous livrons point à l’impudicité, comme quelques-uns d’eux s’y livrèrent, de sorte qu’il en tomba vingt-trois mille en un seul jour. Ne tentons point le Seigneur, comme le tentèrent quelques-uns d’eux, qui périrent par les serpents. Ne murmurez point, comme murmurèrent quelques-uns d’eux, qui périrent par l’exterminateur. Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber! Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. C’est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l’idolâtrie. Je parle comme à des hommes intelligents; jugez vous-mêmes de ce que je dis » (1 Corinthiens 10: 1-15).

    Ces avertissements nous prouvent que la raison principale pour laquelle un croyant peut être poussé à abandonner le Seigneur, c’est que, justement, il ne L’a jamais connu tel qu’Il est réellement. Car Dieu est Amour, mais Il est aussi un feu dévorant!

    Si ceux qui abandonnent l’Eternel comptent sur Sa patience et sur Sa miséricorde pour continuer à vivre dans la rébellion, ils se trompent lourdement!

    Dieu a tout fait pour nous faire participer à Sa Sainteté et à Sa Justice. Il nous a donné Son Fils Jésus-Christ, qu’Il a abandonné à la mort horrible de la croix, afin que nous soyons sauvés de nos péchés et que nous puissions recevoir Sa vie éternelle! Quelle folie que d’arriver à mépriser ce précieux sang de Jésus, et de décider d’abandonner Celui qui est la Source d’eau vive, pour aller boire dans des citernes crevassées qui ne retiennent pas l’eau!

    « Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie. Lorsqu’une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu’elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu; mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d’être maudite, et on finit par y mettre le feu » (Hébreux 6: 4-8).

    « Mais exhortons-nous réciproquement, et cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour. Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles. Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce? Car nous connaissons celui qui a dit: A moi la vengeance, à moi la rétribution! et encore: Le Seigneur jugera son peuple. C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant » (Hébreux 10: 25-31).

    Le Seigneur ne parle pas ici des pauvres Chrétiens qui veulent sincèrement marcher avec le Seigneur, mais qui n’ont pas encore compris comment se défaire des liens de la chair ou du péché, et qui crient à Dieu de tout leur coeur pour être éclairés et libérés.

    Mais le Seigneur parle de ceux qui L’ont volontairement abandonné, par amour pour le péché et pour leurs mauvaises oeuvres, et qui refusent de se repentir.

    « L’Eternel enverra contre toi la malédiction, le trouble et la menace, au milieu de toutes les entreprises que tu feras, jusqu’à ce que tu sois détruit, jusqu’à ce que tu périsses promptement, à cause de la méchanceté de tes actions, qui t’aura porté à m’abandonner » (Deutéronome 38: 20).

    C’est la méchanceté de leurs actions qui finit par pousser certains croyants à abandonner le Seigneur!

    « C’est pourquoi je veux encore contester avec vous, dit l’Eternel, je veux contester avec les enfants de vos enfants. Passez aux îles de Kittim, et regardez! Envoyez quelqu’un à Kédar, observez bien, et regardez s’il y a rien de semblable! Y a-t-il une nation qui change ses dieux, quoiqu’ils ne soient pas des Dieux? Et mon peuple a changé sa gloire contre ce qui n’est d’aucun secours! Cieux, soyez étonnés de cela; frémissez d’épouvante et d’horreur! dit l’Eternel. Car mon peuple a commis un double péché: ils m’ont abandonné, moi qui suis une source d’eau vive, pour se creuser des citernes, des citernes crevassées, qui ne retiennent pas l’eau. Israël est-il un esclave acheté, ou né dans la maison? Pourquoi donc devient-il une proie? Contre lui les lionceaux rugissent, poussent leurs cris, et ils ravagent son pays; ses villes sont brûlées, il n’y a plus d’habitants. Même les enfants de Noph et de Tachpanès te briseront le sommet de la tête. Cela ne t’arrive-t-il pas parce que tu as abandonné l’Eternel, ton Dieu, lorsqu’il te dirigeait dans la bonne voie? Et maintenant, qu’as-tu à faire d’aller en Egypte, pour boire l’eau du Nil? Qu’as-tu à faire d’aller en Assyrie, pour boire l’eau du fleuve? Ta méchanceté te châtiera, et ton infidélité te punira, tu sauras et tu verras que c’est une chose mauvaise et amère d’abandonner l’Eternel, ton Dieu, et de n’avoir de moi aucune crainte, dit le Seigneur, l’Eternel des armées » (Jérémie 2: 9-19).

    Ceux qui finissent par abandonner le Seigneur prouvent par là qu’ils n’ont jamais eu la crainte de l’Eternel. Oui, notre Dieu est un Dieu de Sainteté, et c’est véritablement un feu dévorant! Soit nous laissons ce Feu de Sainteté et de Justice brûler en nous tout ce qui est péché et impureté, soit c’est ce Feu divin qui nous dévorera, et nous ne Lui échapperons pas!

    L’apôtre Paul avait sans doute choisi avec beaucoup de soin ses proches collaborateurs. Pourtant il nous apprend que l’un d’eux, Démas, l’a abandonné, « par amour pour le siècle présent. » L’amour du monde, dans le coeur de Démas, avait fini par remplacer l’amour pour le Seigneur! Dans sa dernière épître, la deuxième à Timothée, Paul ira même jusqu’à dire que, dans sa défense contre Néron, tous l’ont abandonné! Mais il savait que le Seigneur, Lui, ne l’avait pas abandonné, et Paul pouvait assurer que le Seigneur « le délivrera de toute oeuvre mauvaise, et le sauvera pour le faire entrer dans son royaume éternel » (2 Tim. 4: 16-18).

    Ceux qui abandonnent l’Eternel périront, mais Dieu restera toujours fidèle à Son alliance, et n’abandonnera jamais ceux qui l’ont conclue avec Lui!

    Le Seigneur fait divers reproches à cinq des sept églises de l’Apocalypse. Dans Sa lettre à l’Eglise d’Ephèse, Il lui rappelle d’abord tout ce qu’Il voit de positif en elle. N’oublions pas que cette église d’Ephèse avait été créée, évangélisée et enseignée par l’apôtre Paul lui-même. Nous pouvons dire que l’épître de Paul aux Ephésiens constitue l’un des plus hauts sommets spirituels de toute la Bible. Cette église avait donc reçu de profondes révélations, et devait certainement être très chère au coeur de l’apôtre Paul.

    Pourtant, quelques dizaines d’années plus tard, le Seigneur fait à cette église d’Ephèse ce terrible reproche:

    « Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières oeuvres; sinon, je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes » (Apocalypse 2: 4-5).

    L’église d’Ephèse avait abandonné son premier amour! Son amour pour le Seigneur était réel, mais ce n’était plus son amour premier! Elle n’avait plus placé son amour pour le Seigneur à la toute première place dans sa vie! Pourtant, le Seigneur Jésus, dans Son amour infini, avertit Son église bien-aimée, et lui demande de se repentir, de revenir au point où elle avait commencé à s’écarter du droit chemin. Sinon, le Seigneur ôtera l’onction et la présence de son Esprit, et cette église deviendra ce que sont devenues beaucoup d’églises aujourd’hui, des coquilles vides, de l’airain qui résonne.

    Quand nous nous repentons, le Seigneur peut revenir de l’ardeur de Sa colère, comme nous le voyons dans le récit suivant:

    « Lorsque Roboam se fut affermi dans son royaume et qu’il eut acquis de la force, il abandonna la loi de l’Eternel, et tout Israël l’abandonna avec lui. La cinquième année du règne de Roboam, Schischak, roi d’Egypte, monta contre Jérusalem, parce qu’ils avaient péché contre l’Eternel. Il avait mille deux cents chars et soixante mille cavaliers; et il vint d’Egypte avec lui un peuple innombrable, des Libyens, des Sukkiens et des Ethiopiens. Il prit les villes fortes qui appartenaient à Juda, et arriva jusqu’à Jérusalem. Alors Schemaeja, le prophète, se rendit auprès de Roboam et des chefs de Juda qui s’étaient retirés dans Jérusalem à l’approche de Schischak, et il leur dit: Ainsi parle l’Eternel: Vous m’avez abandonné; je vous abandonne aussi, et je vous livre entre les mains de Schischak. Les chefs d’Israël et le roi s’humilièrent et dirent: L’Eternel est juste! Et quand l’Eternel vit qu’ils s’humiliaient, la parole de l’Eternel fut ainsi adressée à Schemaeja: Ils se sont humiliés, je ne les détruirai pas, je ne tarderai pas à les secourir, et ma colère ne se répandra pas sur Jérusalem par Schischak; mais ils lui seront assujettis, et ils sauront ce que c’est que me servir ou servir les royaumes des autres pays » (2 Chroniques 12: 1-8).

    « L’esprit de Dieu fut sur Azaria, fils d’Obed, et Azaria alla au-devant d’Asa et lui dit: Ecoutez-moi, Asa, et tout Juda et Benjamin! L’Eternel est avec vous quand vous êtes avec lui; si vous le cherchez, vous le trouverez; mais si vous l’abandonnez, il vous abandonnera » (2 Chroniques 15: 1-2).

    « Cherchez l’Eternel pendant qu’il se trouve; invoquez-le, tandis qu’il est près. Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées; qu’il retourne à l’Eternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner » (Esaïe 55: 6-7).

    Combien la bonté du Seigneur est grande! Il ne veut pas la mort du pécheur, mais Il veut que le pécheur se repente et abandonne ses mauvaises voies, au lieu d’abandonner l’Eternel, la Source de toutes les bénédictions!

    Nous vivons à une époque de l’histoire de l’humanité où les tentations d’abandonner le Seigneur n’ont sans doute jamais été aussi fortes. Satan sait qu’il lui reste peu de temps, et il déploie toute sa puissance de séduction. Comment ceux qui abandonnent l’Eternel peuvent-ils espérer résister à cette puissance de séduction?

    Si nous ne vivons pas dans une étroite communion avec le Seigneur, nous ne pourrons pas tenir! C’est justement pour cette raison que le Seigneur veut puissamment fortifier toutes Ses brebis, celles qui sont attachées à Lui, pour les rendre inébranlables dans la foi, et pour faire d’elles des lumières puissantes au milieu de ces épaisses ténèbres de la fin des temps!

    Abandonnons plutôt toutes ces traditions humaines qui font la guerre à la Parole de Dieu, et qui annulent toute Sa puissance! Revenons au Seigneur de tout notre coeur!

    « A la loi et au témoignage! Si l’on ne parle pas ainsi, Il n’y aura point d’aurore pour le peuple! » (Esaïe 8: 20).

    Résistons avec hardiesse à tous les mauvais ouvriers qui enseignent des doctrines pernicieuses pour entraîner les brebis de Dieu après eux! Prions notre Père qu’Il envoie encore des ouvriers fidèles dans Sa dernière moisson!

    « Alors ceux qui craignent l’Eternel se parlèrent l’un à l’autre; l’Eternel fut attentif, et il écouta; et un livre de souvenir fut écrit devant lui pour ceux qui craignent l’Eternel et qui honorent son nom. Ils seront à moi, dit l’Eternel des armées, ils m’appartiendront, au jour que je prépare; j’aurai compassion d’eux, comme un homme a compassion de son fils qui le sert. Et vous verrez de nouveau la différence entre le juste et le méchant, entre celui qui sert Dieu et celui qui ne le sert pas. Car voici, le jour vient, ardent comme une fournaise. Tous les hautains et tous les méchants seront comme du chaume; le jour qui vient les embrasera, dit l’Eternel des armées, il ne leur laissera ni racine ni rameau. Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera le soleil de la justice, et la guérison sera sous ses ailes » (Malachie 3: 16-4: 2).

    Viens, Seigneur Jésus!

    http://bloghenriviaudmurat.wordpress.com/2010/10/18/la-pire-des-folies-cest-abandonner-leternel/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :