•  
     
    Images coeurdamour
     
     
    De transfiguration en esprit.

    C’est un mystère très profond.

                Avant d’aller plus loin, il est bon de savoir ce que la Bible entend réellement par belle-fille ou belle-mère. D’abord on trouve curieux le fait que la bible utilise ces expressions, quand on sait que les belles-filles et les belles-mères ne sont pas toujours d’une grande beauté. En fait, en interprétant le proverbe 31/30, on appelle belle-fille la femme dont la présence et lutilité dépassent ce qu’est votre propre fille. On dit belle, parce qu’on se rend compte qu’elle a un bon cœur. Elle ne mérite pas d’être appelée belle-fille si elle a un mauvais caractère, même si elle est très belle de figure et de taille. De même, la belle-mère est en principe la femme dont la présence et lutilité dépassent ce qu’est votre propre maman. Normalement, la mariée doit être dix fois plus à l’aise avec sa belle-mère qu’avec sa propre maman, sinon elle n’est pas digne de s’être mariée avec son fils. Léa et Rachel ont reconnu qu’elles ont été vendues par leur père et qu elles n’avaient plus rien à voir avec leur maison paternelle. Telle est l’attitude psychologique que doit adopter une femme sage(convertie à son mari).

    Si, jusqu’à présent, l’église fait toujours intervenir les parents pendant la célébration des mariages c’est aussi pour affirmer que les beaux-parents des deux côtés ne doivent pas être négligés( Ephésiens 6/2). Si vous les considérez comme des ennemis, alors la bible dit d’aimer ces ennemis là. Dans tous les cas, la parole de Dieu vous met au pied du mur( Mathieu 5/44-48). Vous ne pouvez pas aimer les ennemis du dehors sans commencer par ceux de l’intérieur. Tout comme Dieu fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes sans distinction, en réalité aimer consiste à donner et non à recevoir, c’est servir au lieu de chercher à être servi, c’est donner toujours sans hésitation et sans mesure( voir Jean 3/16 et 1 Jean 3/16, Marc 9/35, Mathieu 23/11-12). Pour tout dire, aimer c’est donner sans rien attendre en retour.

    Il faut noter que, dans Genèse 24/12-13, le serviteur d’Abraham représente le futur mari de Rébecca, Isaac, et les chameaux représentent la belle-famille de Rébecca. La réponse de Rébecca laisse penser qu’elle avait été préparée à partir en mariage.

    Toi donc, ma chère sœur, aime vraiment tes beaux-parents et rends leur service sans attendre des félicitations de leur part. S’ils te félicitent, tu as déjà ta récompense, et c’est pas la peine que Christ te récompense au Ciel. Enfin, rappelons-nous ce qu’avait dit Ruth à sa belle-mère : où tu iras j’irai, où tu demeureras je demeurerai, ton peuple est mon peuple, et ton Dieu est mon Dieu, où tu mourras je mourrai et j’y serai ensevelie  (Ruth 1/15-17). Voilà le modèle parfait d’entente entre une belle-fille chrétienne et sa belle-mère, et vis versa. Dès aujourd’hui, veuille bien adopter sincèrement et définitivement ta belle-famille.

    Si tu veux que ton mari vive longtemps, il t’appartient de l’aider à honorer son père et sa mère, au lieu de venir les séparer, sinon tu deviendras veuve avant le temps.

    B -  Rapports de l’épouse avec l’époux

                     Si une femme veut réussir son mariage, elle doit considérer son mari d’abord comme une autorité, selon Genèse 3/16c, 1 Corinthiens 11/10 et Rom 13/1, . D’ailleurs l’étude de l’ancien testament montre que le garçon avait un prix différent de celui de la fille ; les femmes étaient considérées comme des objets de commerce, sans valeur sociale( Lévitique 12/1-5 et 27/3-7, Jean 16/21b). De plus, la Bible situe le mari comme étant le soleil et la femme comme la lune(Gen 37/9). Donc, bien qu’il soit ton partenaire sexuel, ton mari est d’abord une autorité établie par Dieu et qui te commande.  Il est une autorité bien avant de devenir ton frère en Christ ou ton époux. C’est pourquoi la Bible dit que le mari a le dernier mot en toute chose( voir nombres ch 30)

    Quand on veut échanger le pantalon contre la jupe, les problèmes surgissent immédiatement, alors même que, bibliquement parlant, Dieu regarde la femme mariée à travers son mari  Genèse 3/23, Math 14/21 et 16/38) ; et il condamne les femmes dominatrices(voir  Esaïe 3/12, Apo 2/18-19). Alors que les anges de Dieu travaillent en général en faveur des saints(hébr 1/4) , il se trouve que lépouse insoumise est la proie des démons. En effet, il est écrit en 1 Cor 11/11 : c’est pourquoi la femme, à cause des anges(déchus) doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend.

    Le bonheur que les épouses cherchent ne se trouve pas dans les biens de toute nature ; il est au contraire incarné par la personne même de la femme(prov 18/22, Juges 21). Est-ce qu’il vous paraîtrait normal qu’une rivière cherche de l’eau, alors qu’elle en fournit ? La femme doit savoir qu’elle a été appelée à l’existence, plusieurs années après la création de l’homme, pour guérir celui-ci qui souffrait cruellement de deux maladies : la solitude et la tristesse qui ont certainement entraîné chez Adam le dégoût de la vie. Le précieux trésor d’une femme c’est donc normalement d’être unie à un homme( Esaïe 4/1, Jérémie 31/22, 1 Tim 4/3) et pas autre chose. Retenez d’ailleurs qu’une femme n’a besoin que de trois choses sur terre, à savoir : la nourriture, le vêtement et le droit conjugal, c’est à dire le droit d’avoir à tout moment des rapports sexuels avec son mari( Exode 21/10-11).

    La plus grosse responsabilité dans la réussite d’une vie de couple incombe donc à la femme parce que le pouvoir de rendre heureux lui a été donné à elle.

    Il y a dans différents foyers beaucoup d’incompréhensions entre conjoints. On notera qu’elles se situent surtout dans les domaines suivants :

    1. la limitation des naissances

    2. les enfants nés hors mariage

    3. la mise en commun des salaires( problème du budget familial)

    4. le fait pour la femme de vouloir travailler contre la volonté du mari ou inversement le fait pour le mari d’empêcher son épouse d’avoir un emploi

    5. le choix du lieu de résidence( voir la notion de quitter ?)

    6. les excès dans l’accomplissement de l’acte sexuel

    7. les incapacités sexuelles masculine et féminine (Esaïe 40/31,Psaume 68/20-21)

    8. les forme et qualité de l’habillement, de la coiffure, des vernis, etc

    9. l’hébergement de tierces personnes à la maison

    10. la qualité de l’alimentation

    11. le manque d’entente quant à la correction des enfants

    12. la prise en charge des petits fils et petites filles non désirés

    13. les cas d’inceste ou de fornication entre les enfants de la femme et ceux du mari cohabitant dans la maison

    14. le cas où mari ou la femme passe abusivement le temps dans les affaires de Dieu et se fait rare à la maison

    15. les soupçons d’infidélité nourris par l’un des conjoints

    16. l’infidélité caractérisée du conjoint.

    17. Le manque de respect, d’admiration et de considération de l’épouse envers le mari, et le manque de tendresse du mari envers sa femme(amitié zéro).

    18. Le manque de dialogue constant, de transparence et de miséricorde

    19. l’absence de vision pour le foyer (objectifs humains, spirituels, financiers ou matériels à atteindre), car un avenir se construit.

    Lors de la séance de questions/réponses, nous allons essayer de vous apporter quelques explications et suggestions selon le Seigneur. Mais, quel que soit ce que vous subissez au regard de ces situations, aucune d’elles ne vous autorise à divorcer ni à vous aigrir contre votre conjoint par simple désir de votre coeur. Puisque vous avez revêtu Christ, et que vous êtes conduit par lui, il faut le laisser prendre la bonne décision( Galates 3/27).
     
     Vous devez normalement avoir de la compassion pour votre conjoint égaré, en vous souvenant sans cesse de ce qu’il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ( Jean 14/13, 1 Jean 3/16)Même le sorcier et le meurtrier veulent être aimés.

    Ne l’oubliez jamais : La personne sage( bien instruite et préparée, donc avertie) bâtit sa maison (ou son foyer), mais celle qui est insensée la renverse de ses propres mains(Proverbe 14/1). Laissez-vous donc instruire et vous verrez. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende que l’amour supporte tout, et que l’amour ne périt jamais .

                      Que l’Eternel Dieu, fondateur de la famille, vous bénisse abondamment !

    http://www.nycodem.net/lecture/print_enseignement.php?NuM=403


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique