• Relaxés après une tournante. En France, les femmes violées seront bientôt condamnées à la prison

     

    Au train où vont les choses, avec la justice rouge vengeresse, les femmes violées seront bientôt condamnées à la prison comme en Arabie Saoudite.

    Cinq hommes, accusés d’avoir violé en bande organisée et à plusieurs reprises une jeune fille handicapée mentale de 22 ans, à Chalais, il y a un an, viennent d’être relaxés par la « justice » française.

    Ils sont sortis libres du tribunal de grande instance d’Angoulême, mardi soir à 23 heures.

    Le très sage président du très sage tribunal de grande instance a motivé sa très sage décision par le fait que la « conscience de l’absence de consentement de la victime » n’était pas établie : en français, les cinq ont fait une tournante, ont abusé d’une jeune femme, l’ont violée, mais ils ne se rendaient pas compte qu’elle ne voulait pas être violée, qu’elle ne voulait pas être victime d’une tournante, alors ils ont été relaxés.

    Vous me répondrez que de toutes les manières, avec la loi Taubira, ils n’auraient pas eu droit à la prison et vous aurez raison…

    Lors de deux soirées, les 25 mai et 19 juin 2013, à Chalais chez « pépé », septuagénaire carrément pas poursuivi dans l’affaire, les 5 étaient réunis pour boire l’apéro.

    S. propose à sa petite copine, Sophie, de leur faire à chacun des fellations. Elle refuse. Il insiste. Elle refuse encore. Il la saoule. Quand elle est ivre et semi-inconsciente, les cinq l’embarquent dans une chambre, et se relayent pour la violer.

    Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

    « Elle s’est sentie légèrement un petit peu obligée », avoue l’un des violeurs.

    La faute, selon S. est à l’alcool, pas à eux.

    L’expert psychiatrique a parlé d’une jeune fille de 22 ans « très affectée, d’une fragilité et d’une vulnérabilité notoire. ».

    Mais le très sage tribunal a considéré qu’il existait un doute sur la connaissance de cette condition par les cinq hommes.

    La procureur avait requit trois ans de prison ferme contre S., deux avec sursis contre trois autres et six mois pour le dernier, ce qui n’est déjà pas grand chose.

    Demain, les femmes seront responsables des viols dont elles seront les victimes parce qu’elles portent des mini-jupes, et elles seront condamnées pour incitation à la débauche.

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

    http://www.sudouest.fr/2014/06/25/charente-la-tournante-jugee-mardi-les-cinq-hommes-relaxes-1596303-4697.php

    http://www.dreuz.info/2014/06/relaxes-apres-une-tournante-en-france-les-femmes-violees-seront-bientot-condamnees-a-la-prison/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :