• Un bâtiment de la centrale de Paluel a dû être évacué à plusieurs reprises en raison de gaz nocifs d

     


    © AFP-A | Un bâtiment de la centrale de Paluel a dû être évacué à plusieurs reprises en raison de gaz nocifs détectés dans l’air.


    S.P. | 22.06.2011 | 14:30

    La centrale de Paluel, en Haute-Normandie, connaît depuis un mois une série de dysfonctionnements inquiétants, indique mercredi le site d’information «Mediapart». Au point de susciter un vent de panique auprès de ses employés.

    Les causes du vent de panique actuel sont multiples: «fuites à répétition, rejets de gaz radioactif, déclenchements de balises d’alertes, contaminations de travailleurs», liste «Mediapart».

    Un bâtiment du site a dû être évacué à plusieurs reprises en raison de gaz nocifs détectés dans l’air, rapportent les témoins rencontrés par le site d’information. Le déclanchement répété de l’alarme a en outre accru l’inquiétude des employés qui, paniqués, se sont rués sur les pastilles d’iode à disposition en cas de contamination.

    Seize employés touchés

    La situation a atteint son paroxysme lors du week-end de Pentecôte. Le réacteur n°3 de la centrale avait été stoppé  pour remédier à certaines fuites. Les seize employés d’EDF dépêchés sur place ont annoncé avoir inhalé à cette occasion du xénon, un gaz radioactif.

    Une information minimisée par le service de communication de la centrale de Paluel, qui indique que le xénon est sans danger, qu’il est évacué par l’organisme comme de la fumée de cigarette.

    Bien que la fuite gazeuse soit réparée, une autre fuite, d’eau cette fois-ci, affecte encore le site. La défectuosité des gaines de combustibles (les premières barrières à la matière radioactive) serait en cause. EDF a pourtant décidé de laisser tourner le réacteur endommagé en l’état pendant au moins encore une année.

    Vin bouchonné

    Là encore, la centrale de Paluel relativise: les fuites concernées ne sont que des «micro-fuites» pour ses responsables. Il n’y a pas lieu de s’alarmer. «Fonctionner avec une légère fuite, ce n’est pas grave en soi. C’est comme du vin, parfois il est bouchonné», explique le service de communication de la centrale française.

    Selon «Mediapart», au total, entre 2001 et 2008, une trentaine de fuites du même type ont été détectées sur des centrales nucléaires françaises. «Ni franchement catastrophique, ni vraiment rassurante, la situation de Paluel illustre au quotidien le fait que le système est vulnérable», conclut le site d’information.


    http://www.tdg.ch/actu/monde/couacs-serie-centrale-nucleaire-francaise-2011-06-22
     
    Source: http://www.tdg.ch/actu/monde/couacs-serie-centrale-nucleaire-francaise-2011-06-22

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :