• Un sacrifice vivant

      
     
     

                                                                        Un sacrifice vivant

     

    cheveux ou qu'il a de grandes oreilles? C'est pourtant ce corps imparfait que l'apôtre nous exhorte à offrir, comme un sacrifice vivant: “Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable” (Romains 12:1).

    Avant d'aller plus avant, il est bon de rappeler que la psychologie et l'anthropologie au sens biblique, ne décrivent pas l'homme de manière simpliste. L'apôtre Paul emploie sept termes différents pour caractériser l'être humain: – l'âme (psyché) – l'esprit (pneuma) – la chair (sarx) – le corps (soma) – le cœur (kardia) – l'intelligence (nous) – la conscience (suneidesis) Toutefois à eux seuls ces termes ne permettent pas d'établir un schéma simple à comprendre.

    Dans l'Ancien Testament, l'homme est surtout entrevu comme une monade, un tout, toutefois déchiré par le dualisme de la matière et de l'esprit (corps et âme). Dans le Nouveau Testament, un seul passage ajoute l'esprit au corps et à l'âme, en quelque sorte une trinité

    (1 Thessaloniciens 5:23).

    En tout état de cause, soulignons que le Seigneur voit la créature dans son intégralité et que le corps n'en est qu'une partie, si importante qu'elle soit. Le corps n'est pas, comme Platon le pensait, la prison de l'âme; au contraire, aux yeux du Créateur, le corps a une valeur si grande que Dieu désire que nous le lui offrions comme un sacrifice vivant.

    Est-ce une raison de penser, comme certains, que le corps mentionné en Romains 12:1 représente tout l'être humain? Quoiqu'une bonne traduction moderne traduise corps par vie, beaucoup de théologiens n'y voient que notre être physique.

    Qu'en est-il de l'expression un sacrifice vivant? N'est-elle pas une contradiction en soi?

    L'Ancien Testament nous aide à comprendre le sens profond des sacrifices. L'holocauste, par exemple, exprimait la consécration totale de la victime (Nouveau Dictionnaire Biblique). Cette expression mérite d'être relevée. Christ le premier l'a vécue jusqu'au bout lorsque, sur la croix, il a été dépouillé de tout, brisé, anéanti.

    Par conséquent, le sacrifice impliquant une consécration totale, s'offrir comme un sacrifice signifie bien se liurer sans réserve à Dieu.

    II. Le corps est important

    Le corps est l'instrument qui traduit nos pensées en actes. En bien ou en mal, notre corps physique révèle notre attitude intérieure. Ainsi, nos lèvres expriment nos pensées, notre visage reflète notre haine ou notre amour, nos pieds marchent ou ne marchent pas à la rencontre de l'autre pour lui demander pardon. Notre corps physique met en pratique les oeuvres de notre foi qui serait morte sans elles (cf. Jacques 2:14-18), selon ce que le Seigneur demande (cf. Matthieu 7:24).

    Le corps humain est à tel point important pour Dieu, que bien qu'Esprit, il s'est revêtu lui-même d'un corps. En Christ il s'est incarné, il a vécu, s'est laissé crucifier, puis est ressuscité. Lors de son ministère terrestre, Jésus-Christ a opéré des guérisons sur le corps humain, il a ressuscité des morts, et lors de la résurrection des saints il leur donnera un nouveau corps.

    Notre corps est 1e temple du Saint-Esprit (1 Corinthiens 6:19). S'il est hélas vrai que le péché corrompt nos coeurs au moyen de notre corps, il est aussi écrit qu'il est sanctifié (1 Thessaloniciens 5:23) s'il est offert comme un sacrifice vivant (Romains 12:1).

    Que notre corps humain si merveilleux d'une part (Psaume 139) et si faible d'autre part (Psaume 90:5,6,10; 2 Corinthiens 4:7,16; 5:1-4) soit le temple du Saint-Esprit reste pour moi un glorieux mystère (Colossiens 1:27)! Cela étant, combien plus ce corps doit être offert comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de notre part un culte raisonnable.

    Afin que notre corps physique remplisse bien sa fonction de temple du Saint-Esprit, l'apôtre Paul nous enjoint à le traiter durement, le tenir assujetti, de peur d'être désapprouvé par Dieu et les hommes après avoir prêché aux autres (cf.1 Corinthiens 9:27).

    Au jardin de Gethsémané, les disciples n'ont pas mis ce principe en action, eux qui s'étaient endormis tandis que le Seigneur luttait dans la prière (Matthieu 26:37-41)! Qu'en est-il de nous, lorsque des tentations nous assaillent: convoitise sexuelle, excès de table, attraits du matérialisme, etc.? Rappelons les paroles du Seigneur en Matthieu 5:29-30: “ Si ton oeil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n'aille pas dans la géhenne.”

    Dieu veut que notre corps soit un instrument saint, docile, soumis et utile à son service. Au risque de me répéter, cela n'est réalisable que si nous acceptons de le traiter durement et si nous le lui offrons comme un sacrifice vivant.

    Les générations nées après la Deuxième Guerre mondiale – et j'en suis! – ont été comblées à tous égards; de ce fait, elles peinent plus peut-être à obéir aux injonctions du Seigneur. Mais, plein de compassion, il veut et peut nous aider, soyons-en persuadés.

    III. Applications pratiques

    La notion de sacrifice exprime assurément la consécration totale de la victime, un don de soi sans réserve, pouvant même aller jusqu'au dépouillement total, au brisement, à l'anéantissement. Toutefois ce principe sous-tend la sauvegarde du corps. En effet, Dieu ne veut pas, par exemple, que nous nous immolions par le feu; non, il veut que le corps, l'âme et l'esprit soient entièrement à sa disposition. Cela conduira inévitablement pour chacun de nous à devoir changer certaines habitudes. Le contexte de Romains 12:1 le laisse bien entendre : “ Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait ” (v. 2).

    L'expression transformé est tirée du mot grec metamorphámài, mot que la langue française connaît aussi. Larousse le définit ainsi: changement extraordinaire dans le caractère d'une personne. N'est-ce pas l'exacte description du changement que le Saint-Esprit opère lors de la nouvelle naissance? “Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles” (2 Corinthiens 5:17).

    Mais cette transformation doit engendrer des suites concrètes dans notre comportement, ce qui ne peut se faire que si nous offrons notre corps comme un sacrifice vivant. Cette exhortation n'est donc pas réservée à une élite mais elle concerne tout disciple du Seigneur dans sa vie quotidienne.

    Offrons notre corps comme un sacrifice vivant dans la prière journalière.

    Je me souviens avoir entendu l'évangéliste W. Pahls s'exprimer ainsi dans la prière: “Seigneur Jésus, pour aujourd'hui, prends mes lèvres pour qu'elles disent des choses agréables à Dieu; prends possession de mes mains pour qu'elles agissent de la bonne façon; prends mes yeux pour qu'ils ne se laissent pas tenter; prends mes oreilles pour qu'elles n'écoutent que ce qui te plaît!”

    Offrons notre corps pour l'évangélisation.

    Dieu aimerait voir

    • nos pieds chaussés de zèle pour aller vers les non-chrétiens (Epsiens 6:15);
    • nos lèvres sourire à notre prochain et lui parler de l'Evangile;
    • nos mains rendre pratiquement service à un voisin;
    • nos genoux pliés dans la prière. L'évangélisation est-elle difficile dans votre région? Commencez par prier avec ferveur en citant les noms de voisins, collègues, passants, tous susceptibles d'être rencontrés. Faites quelque chose. Offrez votre corps comme un sacrifice vivant pour l'évangélisation, et il y aura des conversions.

    Offrons notre corps comme un sacrifice vivant dans le domaine de la gestion de nos biens et de la libéralité.

    Dieu aimerait voir

    • nos yeux qui ne convoitent ni le superflu, encore moins le superluxe, mais qui se contentent du nécessaire;
    • nos yeux et nos mains s'inquiéter de gérer les biens matériels qu'il nous confie jusqu'à les considérer comme aussi importants que les âmes dont nous avons la charge. Apprenons à voir et à nous préoccuper de ce qui est prioritaire aux yeux de Dieu. Au cours de mon activité missionnaire, j'ai appris à renoncer au superflu et à me suffire du nécessaire que me dispense une rémunération modeste. Et en prime: voilà que je suis heureux, ayant une vie enrichie par la main du Seigneur et vraiment je ne regrette rien.

    Offrons notre corps comme un sacrifice vivant dans notre mode de vie quotidien.

    Dieu aimerait voir

    • notre corps disposé à se lever assez tôt le matin pour le culte personnel;
    • nos yeux qui ne s'attardent pas trop sur la TV et sachent plutôt se fermer pour la prière;
    • nos mains stopper la TV au moment opportun ou même s'en séparer si nous ne la maîtrisons pas. Regarder la TV sans discernement une heure par jour peut être une habitude bien ancrée, voire une servitude! Sommes-nous prêts à livrer notre corps comme un sacrifice vivant, à détourner les yeux du petit écran et à consacrer en lieu et place une demi-heure à prier pour les membres de notre Eglise et les entreprises missionnaires qui en ont besoin? Sommes-nous prêts à renoncer au “christianisme de fauteuil”, comme l'appelle S. Gaukroger dans son livre "C'est l'évidence même?"

    Dieu aimerait voir

    • nos bouches, nos mains, nos yeux résister à l'envie. Dans notre société d'abondance, savons-nous encore renoncer à quelque chose qui nous tente?
    • nos langues bien aiguisées, libérées de la critique destructive et de la médisance.

    Le sacrifice vivant implique une consécration totale, donc sans réserve aucune. Notre Seigneur ne peut se satisfaire de moins. C'est ainsi seulement que nous lui offrirons un culte raisonnable, avec pour corollaire d'être constamment renouvelés dans notre intelligence spirituelle et capables de discerner la volonté de Dieu.

    Que notre consécration totale nous caractérise ainsi aujourd'hui, et notre Eglise sera pleine de vie demain! Offrons-nous donc sur l'autel dans une consécration totale, comme un sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu. Et dès lors que cela est librement consenti, Dieu dans ses compassions infinies nous dispensera force et joie pour le vivre quotidiennement.

    Walter Kohli, pasteur de l'Action Biblique. Reproduit avec son autorisation.

    Page modifiée le 23 août 2008

    1 Thessalonic. 5:23. Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irréprochable (irrépréhensible), lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ!

    Jacques 2:14-18. Mes frères, que sert-il à quelqu'un de dire qu'il a la foi, s'il n'a pas les oeuvres? Cette foi peut-elle le sauver? Si un frère ou une soeur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour, et que l'un d'entre vous leur dise: Allez en paix, chauffez-vous et rassasiez-vous! et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il? Il en est ainsi de la foi: si elle n'a pas les oeuvres, elle est morte en elle-même. Mais quelqu'un dira: Toi, tu as la foi; et moi, j'ai les oeuvres. Montre-moi ta foi sans les oeuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes oeuvres.

    Matthieu 7:24 C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc.

    1 Corinthiens 6:19 Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes?

    Psaumes 139

    1. Au chef des chantres. De David. Psaume. Eternel! tu me sondes et tu me connais,
    2 Tu sais quand je m'assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée;
    3 Tu sais quand je marche et quand je me couche, et tu pénètres toutes mes voies.
    4 Car la parole n'est pas sur ma langue, que déjà, ô Eternel! tu la connais entièrement.
    5 Tu m'entoures par derrière et par devant, et tu mets ta main sur moi.
    6 Une science aussi merveilleuse est au-dessus de ma portée, elle est trop élevée pour que je puisse la saisir.
    7. Où irais-je loin de ton Esprit, et où fuirais-je loin de ta face?
    8 Si je monte aux cieux, tu y es; si je me couche au séjour des morts, t'y voilà.
    9 Si je prends les ailes de l'aurore, et que j'aille habiter à l'extrémité de la mer,
    10 Là aussi ta main me conduira, et ta droite me saisira.
    11 Si je dis: Au moins les ténèbres me couvriront, la nuit devient lumière autour de moi;
    12 Même les ténèbres ne sont pas obscures pour toi, la nuit brille comme le jour, Et les ténèbres comme la lumière.
    13 C'est toi qui as formé mes reins, qui m'as tissé dans le sein de ma mère.
    14 Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes oeuvres sont admirables, et mon âme le reconnaît bien.
    15 Mon corps n'était point caché devant toi, lorsque j'ai été fait dans un lieu secret, tissé dans les profondeurs de la terre.
    16 Quand je n'étais qu'une masse informe, tes yeux me voyaient; et sur ton livre étaient tous inscrits les jours qui m'étaient destinés, avant qu'aucun d'eux existe.
    17. Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables! Que le nombre en est grand!
    18 Si je les compte, elles sont plus nombreuses que les grains de sable. Je m'éveille, et je suis encore avec toi.
    19 O Dieu, puisses-tu faire mourir le méchant! Hommes de sang, éloignez-vous de moi!
    20 Ils parlent de toi d'une manière criminelle, ils prennent ton nom pour mentir, eux, tes ennemis!
    21 Eternel, n'aurais-je pas de la haine pour ceux qui te haïssent, du dégoût pour ceux qui s'élèvent contre toi?
    22 Je les hais d'une parfaite haine; ils sont pour moi des ennemis.
    23 Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur! Eprouve-moi, et connais mes pensées!
    24 Regarde si je suis sur une mauvaise voie, et conduis-moi sur la voie de l'éternité!

    Psaumes 90: 5-6 Tu les emportes, semblables à un songe, qui, le matin, passe comme l'herbe. Elle fleurit le matin, et elle passe, on la coupe le soir, et elle sèche.

    Psaumes 90:10 Les jours de nos années s'élèvent à soixante-dix ans, et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans; et l'orgueil qu'ils en tirent n'est que peine et misère, car il passe vite, et nous nous envolons.

    2 Corinthiens 4: 7 Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous.

    2 Corinthiens 4:16 C'est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et même si notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour.

    2 Corinthiens 5:1-4. Nous savons, en effet, que si cette tente où nous habitons sur la terre est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l'ouvrage de Dieu, une demeure éternelle qui n'a pas été faite de main d'homme. Aussi gémissons-nous dans cette tente, désirant revêtir notre domicile céleste, si du moins nous sommes trouvés vêtus et non pas nus. Car tandis que nous sommes dans cette tente, nous gémissons, accablés, parce que nous voulons, non pas nous dépouiller, mais nous revêtir, afin que ce qui est mortel soit englouti par la vie.

    Colossiens 1:27 Dieu a voulu leur faire connaître la glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens, savoir: Christ en vous, l'espérance de la gloire.

    1 Corinthiens 9:27 Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d'être moi-même désapprouvé (rejeté) après avoir prêché aux autres.

    Matthieu 26
    37 Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses.
    38 Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu'à la mort; restez ici, et veillez avec moi.
    39 Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.
    40 Et il vint vers les disciples, qu'il trouva endormis, et il dit à Pierre: Vous n'avez donc pu veiller une heure avec moi!
    41 Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible.

    Ephésiens 6:15 Mettez pour chaussures à vos pieds le zèle que donne l'Evangile de paix.

     

    Que Dieu vous bénisse

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :